CD – Le Quatuor à cordes Zaïde propose dans leur nouveau disque une transcription de la Flûte enchantée dont l’auteur est anonyme… Prêts à rechanter vos classiques ?

La Flûte enchantée est l’un des opéras de Mozart les plus connus au monde, et pourtant les musicologues cherchent encore à en déchiffrer les mystères, comme cette transcription pour quatuor à cordes enregistré par le Quatuor Zaïde pour NoMadMusic.

Un peu d’histoire. La pratique de la transcription est courante dans l’Histoire de la musique. Durant l’époque baroque, l’instrumentation (le choix des instruments pour jouer la musique) n’était tout simplement pas notée sur les partitions. Les interprètes orchestrent les manuscrits comme ils le souhaitent, en fonction, souvent, des instruments qu’ils ont sous la main… C’est encore vrai pour les interprètes d’aujourd’hui !

Cela change à l’époque Classique, au XVIIIe siècle. L’orchestre se développe et les compositeurs précisent de plus en plus quels instruments ils ont en tête. Néanmoins, tout le monde n’ayant pas un orchestre sous la main (et encore moins de phonographe !), on aime réaliser des transcriptions pour pouvoir (re)entendre la musique chez soi. La transcription pour piano est très fréquente, notamment pour faire connaître les opéras.

Les transcriptions pour quatuor semble un peu plus rare, même si cette formation est très appréciée et représente un laboratoire d’expérimentations pour les compositeurs… Avec quatre instruments et trois tessitures différentes (du plus aiguë au plus grave : violons, alto, violoncelle), toute la vocalité des phrases est conservée. Une transcription réussie n’enlève rien au caractère original de l’opéra, et donc au drame.

On peut le constater avec le disque “Amadeus” du Quatuor Zaïde, lauréat en 2010 du Concours de Quatuors de Bordeaux et qui fête cette année ses 10 ans. Charlotte Maclet et Leslie Boulin Raulet aux violons, Sarah Chenaf à l’alto et Juliette Salmona au violoncelle ont déniché une belle transcription de La Flute enchantée qui, selon les musiciennes, daterait du XIXe siècle. Cette “main inconnue mais experte”, selon leurs mots, sélectionne les principaux airs de cet opéra.

Dans leur interprétation, les quatre demoiselles conduisent toujours leurs phrases de façons différentes pour se renouveler. Même si le langage tonal est simple, de même que les carrures, elle font découvrir à chaque instant à l’auditeur quelque chose de nouveau. Le timbre chaud des instruments nous plonge dans ce nouvel univers.

Elles ont choisi de mettre cette belle transcription en perspective avec le Quatuor n°14 en sol majeur K. 387 dont l’écriture polyphonique y est plus fournie, mais dont les courbes mélodiques et les accents opératiques nous rappellent la transcription de La Flûte. “En regardant cette transcription à la lumière des vingt-trois quatuors à cordes de Mozart, soulignent les Zaïde, il ne fait nul doute que l’anonyme arrangeur possédait une connaissance aiguë de ces derniers, tant l’écriture en est proche.”

A l’écoute de cette version de La Flûte enchantée, il ressort de façon frappante que, bien que détachée de son texte, la musique parle tout autant. Pas une once d’éloquence n’est retirée de ces airs lorsque le Quatuor Zaïde les chantent.

CD « Amadeus », Quatuor Zaïde, chez No Mad Music. Le Quatuor Zaïde présentera la sortie de son CD lors de leur concert le 10 Avril au Musée Gustave Moreau à Paris.