FESTIVAL – Jusqu’au 3 juillet, le Festival de Saint-Denis fête ses cinquante ans depuis la Basilique royale qui a fait (en partie!) sa réputation. Des ensembles baroques, deux grandes symphonies de Mahler ou encore une soirée jazz et gospel… cette longue fête aux portes de Paris verra s’affronter la crème des chefs : Sir John Eliot Gardiner, Myung-Whun Chung et Antonio Pappano.

Le festival implanté dans la ville de Seine-Saint-Denis (le 9.3 pour les intimes) n’a toujours pas peur de la réputation de sa commune. Depuis un demi-siècle, il défend l’idée qu ‘une manifestation de musique classique peut et doit s’implanter dans tous les milieux, aussi populaires soient-ils.

Mahler à l’honneur

N’ayant pu se résoudre à choisir une seule des dix symphonies du compositeur post-romantique Gustav Mahler, le Festival en a donc programmé deux ! La monumentale Résurrection (n°2) sera interprétée par le chœur et l’orchestre de Radio France, dirigée par Myung-Whun Chung et la 5ème par l’Orchestre National de Lille et Alexandre Bloch. On retrouve également un orchestre dédié au compositeur : le Mahler Chamber Orchestra qui joue (sans chef !), outre les Folksongs de Berio (avec Eva Dreisig) et Siegfried-Idyll de Wagner, et du… Mahler !

Un festival de création

Saint-Denis propose cette année deux programmes tout neufs. L’un est une soirée imaginée par Rufus Wainwright lors d’un précédent passage à Saint-Denis en 2018. Dans ce concert intitulé Mother et créé sur mesure pour la Basilique, il reprend, accompagné de sa sœur Martha, certaines de ses compositions, de la chanson française, des pop-songs connus de tous et même l’Ave Maria de Gounod ! L’autre programme est proposée par La Tempête (voir notre portrait ici). Dans Prophètes, l’ensemble en résidence au festival s’empare de chants sacrés, qu’ils soient chrétiens, musulmans ou séfarades.

Jusqu’au 3 juillet, à Saint-Denis. Infos et réservations : http://festival-saint-denis.com/fr/home/