AU DISQUE – On ne se lasse pas de saluer l’excellent travail de l’ensemble Le Consort de Justin Taylor. Ces musiciens baroques signent un disque remarquable, Opus 1, dans lequel ils offrent une superbe interprétation de sonates en trio de Arcangelo Corelli et Jean-François Dandrieu. A découvrir.

« Sonate, que me veux-tu ? »

Arcangelo Corelli est connu comme l’un des maîtres italiens de la sonate en trio soit deux instruments « dessus » et la basse continue. Mais on connaît moins Jean-François Dandrieu (1682 – 1739), organiste à la Chapelle Royale de Versailles pour Louis XV. La musique de Dandrieu que ce nouveau disque du Consort présente ici est tout aussi virtuose que celle de Corelli : un contrepoint fou, des dissonances absolument délicieuses (tout comme dans l’Adagio de la Sonate en Do de Corelli), de très belles phrases mélodiques qui chantent … Son œuvre est incontestablement inspirée de celle de Corelli pour ce qui est de l’écriture, tout en ayant gardé l’élégance de la musique française.

Une interprétation magistrale !

Subtilité, énergie, précision, … telles sont les qualités dont cet Opus 1 fait preuve. Les très beaux violons baroques de Théotime Langlois de Swarte et Sophie de Bardonnèche toujours chantent quand les basses d’archet (Louis Pierrard, viole de gambe et Hanna Salzenstein, violoncelle baroque) posent et soutiennent avec une force délicate les bases de la musique. Le tout mené par les claviers de Justin Taylor qui a récemment obtenu des prix prestigieux.

Au dynamisme des mouvements rapides s’oppose une belle expressivité dans les mouvements lents, où partout se rajoute une osmose parfaite des musiciens.

Opus 1, Le Consort, paru chez Alpha-Classics en août 2019.