COMPTE-RENDU – Le 26 février le violoniste Renaud Capuçon jouait avec l’orchestre Les Siècles des tubes du classique pour un show technologique organisé par Dassault Systèmes au Jardin des plantes. Que faut-il en penser ?

Pointe de la technologie ou erreur de casting ? Un peu des deux sans doute. Imaginez une grande bulle installée au Jardin des Plantes à Paris. Dessous, le violoniste Renaud Capuçon et l’orchestre Les Siècles, dirigés par Pierre Bleuse. Au programme, des poncifs du classique : l’orage des Quatre saisons de Vivaldi, la Méditation de Thaïs de Massenet, l’Air des bohémiens de Sarasate…, le tout générant des effets de couleur projetés sur la bulle et vu par 3 000 spectateurs sur place et 2 millions de personnes pendant la diffusion en direct sur Internet et les réseaux sociaux.

Installation Virtual Harmony

Tout ça pour quoi, me direz-vous ? Montrer que la technologie peut servir l’émotion. C’est en tout cas le souhait de Dassault systèmes, organisateur de cette soirée. Pour ce faire, un violon 3D, le 3Dvarius (3Dvarius / Stradivarius, admirez le jeu de mot …) a même été fabriqué pour l’occasion, aux dimensions exactes du violon Guarneri de Renaud Capuçon.

Le 3Dvarius a la particularité d’être le premier violon électrique entièrement fabriqué en impression 3D. Comme l’explique son inventeur, Laurent Bernadac, « on part d’un bac de résine liquide qui réagit aux ultra-violets. Un laser de technologie vient se focaliser sur des milliards de points en 24 heures pour solidifier uniquement la partie du violon. » Une technique de stéréolithographie développée grâce au logiciel de modélisation 3D CATIA de chez Dassault Systèmes, leader mondial dans ce secteur.

Violon 3Dvarius

Un violon qui a donc été joué par Renaud Capuçon … mais pour un morceau seulement : Fratres, d’Arvö Pärt, en ouverture du show. Les différences de ressenti et de techniques de jeu sont sans doute trop grandes entre les deux instruments, pour qu’un soliste classique comme Renaud Capuçon puisse passer facilement de l’un à l’autre. Comme il le dit lui-même, « le son ne vient pas de l’instrument, mais d’ailleurs, avec un léger décalage. Il faut jouer différemment, plus souple. Sur un violon classique on doit créer le son de A à Z. Là non, il faut juste l’entretenir. On est plus dans l’énergie, moins dans la sensibilité ».

En résumé, Dassault Systèmes s’est payé un bon coup de pub en faisant venir Renaud Capuçon et Les Siècles pour ce show interactif. Mais pour ce qui est de la musique, ils auraient mieux fait de faire venir des musiciens country de Nashville, plus familiers du violon électrique et du son amplifié…