INTERVIEW – Fondé il y a vingt ans par trois amoureux de la musique baroque, l’ensemble Les Folies Françoises prépare une année 2020 sous le signe de la fête avec un concert surprise le 17 janvier, une création en mars, et la reprise de spectacles phares. Classique mais pas has been est partenaire de cet anniversaire et a interviewé Patrick Cohen-Akenine, le directeur artistique des Folies Françoises.

Dans quel esprit avez-vous fondé les Folies Françoises il y a 20 ans ?

Patrick Cohen-Akenine : Par désir de partager la musique avec la claveciniste Béatrice Martin et le violoncelliste François Poly. Après nos études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP), nous jouions régulièrement au sein d’ensembles baroques. Nous avons en commun une exigence instrumentale et nous voulions nous approprier le répertoire baroque avec une poignée de musiciens. Nous avons partagé de merveilleux moments, joué dans des lieux fabuleux, invité auprès de nous des danseurs et des comédiens. Et avant tout, nous sommes restés un collectif de passionnés.

Votre ensemble est souvent associé à des spectacles chorégraphiques. La danse fait-elle partie de l’ADN des Folies Françoises ?

P. C.-A. : Sans aucun doute. J’ai pratiqué la danse jeune, tout comme Béatrice, et cette expérience m’a marqué. La présence des danseurs sur scène est une école : leur engagement envers le public, leur manière de faire passer un message. Pour cette raison, les musiciens des Folies Françoises jouent souvent debout. Je dirige du violon qui était l’instrument du maître à danser au XVIIe siècle. Notre rencontre avec la compagnie l’Éventail de Marie-Geneviève Massé a également été essentielle. Le spectacle « Le Roi danse » est né de cette collaboration, et, tout récemment « Le Parcours du Roi » qui proposait une visite de la Galerie des Glaces au Château de Versailles en musiques, avec danses et costumes.

Comment fêterez-vous vos 20 ans ?

P. C.-A. : D’abord avec un grand concert anniversaire le 17 janvier salle Gaveau. Nous programmons le Stabat Mater de Pergolèse, une œuvre qui a fédéré Les Folies Françoises, avec deux solistes : la soprano Maïlys de Villoutreys et le contre-ténor Damien Guillon. Pour la deuxième partie intitulée « Folies baroques », Paul Agnew, le co-directeur des Arts Florissants, nous dirigera et incarnera Phébus, le dieu du temps, dans des extraits de Fairy Queen de Purcell. Nous balayerons encore les grands moments des 20 ans avec d’autres amis et des surprises.

En mars, nous allons créer une pièce du compositeur monégasque Yan Maresz pour notre ensemble. Tendances est une suite de danses qui fait dialoguer Les Folies Francoises avec Hae-Sun Kang, violoniste de l’ensemble InterContemporain. Et enfin, nous reprenons « Le Roi Danse » au festival de Chambord cet été.

En savoir plus : https://foliesfrancoises.fr/