CHRONIQUE – En ces temps de pandémie, pas d’autres choix que de renouer avec son canapé … Mais pas obligé de dire adieu à la culture pour autant ! Retrouvez notre sélection des pépites du Web en matière de musique classique, avec cette semaine, des opéras et concerts en streaming.

Si les représentations d’opéras et de concerts ont toutes été annulées, les amateurs de musique classique ne seront pas en reste grâce à trois institutions qui ont d’ores et déjà proposé des alternatives pour ne pas laisser leur public en berne. Il y a bien sûr l’Opéra de Paris, qui comme nous vous le disions récemment, proposera ces deux prochains mois une programmation en ligne.

Le Metropolitan Opera de New-York s’y est mis aussi, en proposant tous les soirs, depuis lundi, une de ses productions gratuitement sur son site (à 19h30 heure américaine, soit 00h30 en France). Après l’opéra Carmen et La Bohème de Puccini puis cette semaine, Le Trouvère de Verdi, La Traviata de Verdi et La Fille du Régiment de Donizetti.

Le Berliner Philharmoniker, enfin, n’est pas en reste puisque l’institution offre pendant le confinement, un accès gratuit à sa plateforme de streaming: Digital Concert Hall. Vous pourrez y retrouver plusieurs centaines de concerts en vidéo et documentaires, accessibles sur simple inscription.

La Monnaie de Bruxelles va mettre en ligne sur son site Internet sept de ses productions qui seront disponibles en streaming gratuit, à partir de ce samedi 21 mars et jusqu’à la fin des vacances de Pâques. Parmi les opéras choisis, retrouvez notamment le Conte du tsar Saltane, nommée cette année pour un International Opera Award dans la catégorie « Best New Production », ainsi que la création mondiale du nouvel opéra de Pascal Dusapin Macbeth Underworld, dont la présentation à l’Opéra Comique a malheureusement dû être annulée, et Lucio Silla qui sera également disponible sur operavision.eu  ce mardi 24 mars.

Découvrez la programmation complète ci-dessous :

  • le 24 mars à 19h : Lucio Silla, l’opéra de jeunesse de Mozart dans une Rome contemporaine revisitée par le metteur en scène Tobias Kratzer et sous la direction d’Antonello Manacorda.
  • Aida, le chef d’œuvre intemporel de Verdi, où le metteur en scène Stathis Livathinos explore les tensions sociopolitiques du bassin méditerranéen.
  • Tristan und Isolde, l’hymne épique de Wagner à l’amour et la mort dans une expérience épurée concoctée par Ralf Pleger et Alexander Polzin, laissant au chef de la Monnaie, Alain Altinoglu l’opportunité de faire résonner la dimension cosmique de la partition. 
  • La Gioconda, le « grand opéra à l’italienne » de Ponchielli, dont le metteur en scène Olivier Py propose une version sombrement onirique, dirigée par Paolo Carignani à la tête d’une distribution exceptionnelle.
  • Le Conte du tsar Saltane, l’inventif opéra de Rimski-Korsakov, dont Alain Altinoglu fait vibrer la magie orchestrale dans une production forte en psychologie et en émotions, avec une mise en scène de Dmitri Tcherniakov, nommée dans la catégorie « Best New Production » aux International Opera Awards 2020.
  • Frankenstein, l’adaptation futuriste du roman de Mary Shelley par Mark Grey pour son premier opéra, dirigé par Bassem Akiki et mis en scène par Àlex Ollé (La Fura dels Baus) pour une prouesse aussi musicale que technologique.
  • Macbeth Underworld, le dernier opéra de Pascal Dusapin inspiré de Shakespeare, où les personnages sont hantés par leur mémoire, dans une production gothique de Thomas Jolly et sous la direction pleine d’intensité d’Alain Altinoglu (également disponible sur le site de l’Opéra Comique suite à son annulation).