Confiture ou confinement : les belles initiatives d’Orchestre à l’École

COMPTE-RENDU – Dans la série « Confiture ou confinement », voici comment s’occupent -en musique- les apprentis-musiciens de l’association Orchestre à l’École.

Être jeune en ce moment, c’est pas le bon plan. Comment rester enfermé chez soi, alors que d’habitude on passe la majeure partie de son temps dehors, à voir ses copains, taper dans un ballon, rêver à l’amour, étudier (un peu) et penser aux prochaines vacances ? Depuis six semaines ça n’est plus possible. Il ne reste que les cours à distance. De quoi se sentir un peu déconfits confinés !

Heureusement, certains, membres de Orchestre à l’école, résistent en musique. À la maison, avec les moyens du bord, ils parviennent à enregistrer, à plusieurs et à distance, des vidéos bien sympathiques.

Comme par exemple les élèves de la Classe Orchestre du collège Blanche de Castille de La Chapelle-la-Reine, en Seine et Marne, avec cette reprise de Sunset Lover, du musicien électro Petit biscuit. Franchement, la jeune fille à la basse électrique qui donne le tempo et qui est là du début à la fin, imperturbable, elle assure !

Ou bien les musiciens de l’Orchestre des 4C, à Onet le Château, dans l’Aveyron. Ayant tous bénéficié d’un parcours Orchestre à l’École, ils forment aujourd’hui un ensemble symphonique atypique dédié au hip-hop. Dirigés à distance par leur chef d’orchestre Robin Viès, ils ont profité du confinement pour publier une vidéo, souhaitant redonner bonne humeur et courage à toutes celles et ceux qui œuvrent chaque jour en ces moments difficiles.

Même les tout-petits y sont allés de leur vidéo, comme les élèves de l’école primaire de Saint Fargeau, dans l’Yonne. C’est timide, bancal, maladroit mais… les jeunes pousses musicales sont bien là :

Et pour donner du cœur à l’ouvrage de tout ce petit monde, des musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, eux aussi confinés, ont enregistré à leur intention des vidéos pour présenter leur instrument.

Voici la hautboïste Anne-Marie Gay, qui donne des conseils pour jouer le thème le plus connu du Lac des cygnes de Tchaïkovsky :

Ou encore le trompettiste Jean-Pierre Odasso, qui y va fort, avec La marche triomphale de Aïda :

À ce stade de votre lecture, vous vous demandez peut-être comment tout cela est possible ; ce qui unit ces personnes, quels que soient leurs âges et leurs localisations.

Et bien, elles sont toutes membres d’Orchestre à l’École. Deux heures par semaine et sur trois ans, pendant leur temps scolaire, elles apprennent à jouer d’un instrument de musique au sein d’un orchestre. La pédagogie est innovante et adaptée, et des oeuvres écrites spécialement pour Orchestre à l’École permettent l’apprentissage parallèle de la théorie musicale et de la pratique instrumentale, rendant ainsi possible la création de projets d’établissements restitués en concerts.

Voici par exemple le Final de Dianoura !, écrit spécialement pour ce dispositif par Étienne Perruchon. Un final à cinq temps, qui ferait peur à plus d’un élève de conservatoire ! Et bien là ça passe tout seul. Il semble même que la Valse à mille temps ou La java de Broadway ne sont pas loin…

Dianoura, Final (Étienne PERRUCHON)

Si vous avez encore un peu de temps, voici l’intégralité de Dianoura !, capté lors d’un concert à l’Auditorium de Radio France. Aux musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France et aux enfants de la Maîtrise de Radio France se mêlent des instrumentistes des collèges des Quatre Saisons d’Onet-le-Château, Anne Cartier de Livron-sur-Drôme, Gabriel Fauré (13e) et Germaine Tillion (12e) de Paris, ainsi que de l’école élémentaire Jean-Jacques Rousseau de Loriol.

Une musique et une prestation enthousiasmantes, à même d’inoculer le virus musical à bon nombre de personnes !

Pour en savoir plus sur l’association Orchestre à l’École