La playlist classique de Julien Chauvin, violoniste

PLAYLIST – Le violoniste Julien Chauvin est un ardent défenseur du répertoire classique sur instruments d’époque via son ensemble Le Concert de la loge. Dans sa playlist ? Mozart, Bach, Fauré, des oiseaux et de l’humanisme ! Une playlist à retrouver également sur nos chaînes sur YouTube et Spotify.

En 2015 le violoniste Julien Chauvin, formé à la musique ancienne au conservatoire de La Haye (Pays-Bas), crée le Concert de la Loge. Son intention ? Jouer sur instruments d’époque le répertoire classique (Haydn, Mozart, Gounod…), tout en le présentant de manière moderne et dynamique : programmation inventive, adéquation entre le programme et le lieu, actions pédagogiques dans les territoires.

Le Concert de la Loge et Julien Chauvin participent à la prestigieuse Vivaldi Edition initiée par le label Naïve, avec l’enregistrement de concertos pour violon du maître vénitien. On a pu les entendre récemment aux Victoires de la musique classique.

Lire aussi : Les Victoires, leurs Victoires, nos Victoires

Laissons la parole à Julien Chauvin…

« Bien que les oiseaux chantent, que les rires des enfants nous soulagent et que la lumière nous inonde, nous sommes en plein nuit… Une obscurité soudaine et qui semble sans fin. Notre optimisme sans bornes et nos bonnes résolutions de l’après n’enlèvent cependant pas aux moments que nous vivons leur part de nostalgie, d’angoisse et de vide. Acceptons-les, et veillons, en réécoutant ces merveilles qui nous viennent de Russie, de Hollande ou d’ailleurs ! Seule leur immense humanisme nous sortira de l’ombre et de l’hibernation dans laquelle nous avons été placés ! Le public me manque… 

Wolfgang Amadeus MOZART, Allemande
J’ai découvert récemment ce mouvement inconnu d’une suite de Mozart, à l’occasion d’un concert avec le pianiste, claveciniste, pianofortiste… Andreas Staier. Une pièce qui pose autant de questions qu’elle réconforte, comme une fêlure qui laisserait passer la lumière ! Andreas la joue sur un pianoforte copie d’un instrument des années 1780, avec la pédale « une corda », pour étouffer le son.

Michael HAYDN, Adagio de son Nocturne en Do Majeur
Une pièce du soir composée par le petit frère de Joseph Haydn, Michel, et interprétée ici par quatre membres de l’ensemble Archibudelli : Vera Beths (qui fut ma professeur à La Haye) et Lucy Van Dael aux violons, et Jürgen Kussmaul et Guus Jeukendrup aux altos. L’Archibudelli ? Mes maîtres les plus chers… Une vérité dans chaque phrase, une fragilité qui rappelle le « live » (pratique courante d’avant 2020!) et une pièce écrite en « écho » d’un bout à l’autre !

Johann-Sebastian BACH, 24e prélude du 1er livre du Clavier bien tempéré en si mineur
L’éternité, nous y sommes, avec ce prélude de Bach par Sviatoslav Richter au piano. Il joue toutes les reprises et hésite encore plus avant de reprendre la toute dernière… Un silence qu’il étend au maximum, avant de susurrer la dernière partie.

Gabriel FAURÉ, Après un rève
Le violoniste Ivry Gitlis aura marqué tant de musiciens ! Il joue avec une science (ou un don inné?) du portamento (un glissement d’une note à une autre), preuve pour moi d’une expression toujours plus vibrante ! Et son vibrato, aux harmoniques si frémissantes ! Comme me disait un jour György Kurtág « Le vibrato, c’est le reflet de l’âme! »…

Johann-Sebastian BACH, Erbarme dich,
« Dieu, ais pitié de nous ! » lance le croyant dans ce tube entre tous, air extrait de la Passion selon Saint Matthieu ! Et admiration totale envers le contre-ténor Damien Guillon, le chef Philippe Herreweghe et son Collegium vocal Gent.

John DOWLANDS, Flow my tears
Je garde le souvenir ému encore intact d’un concert du contre-ténor Andreas Scholl, dans la basilique de Beaune pleine à craquer. Il était seul à chanter, simplement accompagné d’un luth, et pourtant capable d’une telle émotion, de provoquer un recueillement et une telle écoute..

Alexandre Scriabine, Etude opus 2 n°1
Cette étude, sous les doigts en plus du pianiste Vladimir Horowitz, est l’incarnation pour moi du rêve russe… Une musique tellement évocatrice, reconnaissable entre mille, qui prend soin de notre nostalgie !

Domenico SCARLATTI, Sonate en si mineur
Pendant le premier mois de mon fils, cette musique nous a entourés toutes les nuits, pendant ses biberons nocturnes… Il l’a entendue mille fois, et à présent, sa passion c’est… le rap 😞Une simplicité essentielle pourtant…

Robert SCHUMANN, Im wunderschönen Monat Mai
J’ai eu mon premier coup de cœur pour la voix mythique de Fritz Wunderlich avec cette musique, à l’adolescence, dans une décapotable, en plein vent dans les montagnes autrichiennes !

Liste détaillée des œuvres

  • Wolfgang Amadeus MOZART, Allemande pour clavier, extraite de sa Suite KV399
  • Michael HAYDN, Notturno in C Major, MH 187: II. Adagio cantabile
  • Johann-Sebastian BACH, 24e prélude du Clavier bien tempéré, en si mineur
  • Gabriel FAURÉ, mélodie Après un rêve, version pour violon
  • Johann-Sebastian BACH, Erbarme dich, de la Passion selon Saint Matthieu BWV 244
  • John DOWLANDS, Flow my tears
  • Aleksandre SCRIABINE, étude pour piano opus 2 n°1
  • Domenico SCARLATTI, Sonate en si bémol mineur L 33 K 87
  • Robert SCHUMANN, Dichterliebe, Op. 48 – 1 ; Im wunderschönen Monat Mai

Retrouvez cette playlist sur notre chaîne YouTube et sur Spotify