La playlist classique de François Kieffer, violoncelliste du Quatuor Modigliani

PLAYLIST – Évoluant au sein d’un collectif resserré et fusionnel, celui du quatuor à cordes, le violoncelliste du Quatuor Modigliani, François Kieffer, monte au filet pour nous livrer sa playlist classique. Une playlist à retrouver également sur nos chaînes sur YouTube et Spotify.

François Kieffer est à la fois discret (mais n’est-ce pas le propre d’un violoncelliste de quatuor à cordes ?) et entreprenant. Avec ses compères du Quatuor Modigliani (Amaury Coeytaux et Loïc Rio aux violons et Laurent Marfaing à l’alto), il assure la direction artistique du festival de St Paul de Vence, des Rencontres musicales d’Evian, du festival de Musique de chambre d’Arcachon et bientôt du Concours de Quatuor à cordes de Bordeaux ! Le groupe vient de sortir un disque consacré à l’Octuor de Schubert (Mirare).

Il est également un des instigateurs de la lettre ouverte à Emmanuel Macron, qui alerte sur la mise en danger d’une profession, plus habituée à s’exprimer en notes qu’en mots, celle des musiciens classiques…

Lire aussi : Plusieurs centaines de musiciens classiques signent la lettre au Président Macron

Pour sa playlist, il a déniché de passionnants films d’époque, qui montrent son amour pour la musique de chambre et ses interprètes. Laissons-lui la parole…

Franz SCHUBERT, Quintette La Truite
« Ce film est un témoignage exceptionnel d’un concert et de ses préparatifs, donnés il y a 50 ans par une bande d’amis encore jeunes, devenus depuis des légendes : le pianiste Daniel Barenboïm, les violonistes Itzhak Perlman et Pinchas Zukerman, la violoncelliste Jacqueline du Pré et le chef d’orchestre Zubin Mehta, également contrebassiste. Le violoniste Pinchas Zucherman a alors 21 ans et tient, dans cet enregistrement, la partie d’alto. C’est au même âge qu’Amaury, notre premier violon, décidera de partir à New-York pour se perfectionner avec lui.

Le concert commence à 14’47. Il est précédé de différents préparatifs (répétition, passage chez le luthier, en loge…), tous insolents de décontraction, de talent et de jeunesse.

Notre premier concert après le confinement aura lieu aux Rencontres musicales d’Evian. Nous y jouerons La Truite, avec Bertrand Chamayou au piano. Le concert sera retransmis en direct sur Medici.tv.

MOZART, Quintette à cordes n°4 K 516
Je voulais ici rendre hommage au violoncelliste Martin Lovett, disparu il a quelques jours et seul sujet britannique du quatuor Amadeus. Il aimait à dire, non sans humour, qu’il avait dû rapidement apprendre l’allemand pour comprendre ce qui se disait au sein du quatuor.

Le quatuor Amadeus est le quatuor du siècle. L’interprétation qu’il fait de ce quintette K 516 de Mozart est empreinte d’une angoisse, d’un tourment intérieur aux confins au tragique.

https://www.youtube.com/watch?v=Ub0iWwbUfdU

Franz SCHUBERT, Quatuor La jeune fille et la mort
30 ans après la vidéo du Quatuor Amadeus, Bruno Monsaingeon réalise un film qui marquera l’histoire du Quatuor Alban Berg, créé il y a 50 ans.

Un passage exceptionnel se trouve dans le second mouvement, quand le réalisateur filme les pizzicatos de violoncelle, à 13’35. Schubert puise son thème dans Le lied « La Jeune Fille et la Mort » D 531, sur un poème de Matthias Claudius. « Ne crains rien, donne-moi ta main, je suis ton amie. » 

Johannes BRAHMS, 3e sonate pour violon et piano
Christian Ferras, le violoniste oublié ? Le compte Spotify de ce géant du violon ne comptabilise que  13 000 écoutes mensuelles ! 

Enregistrée dans un salon parisien, cette vidéo est bouleversante. Ferras, le visage marqué, retrouve son pianiste de toujours (Pierre Barbizet) pour une version poignante du mouvement lent de la 3e sonate de Brahms. On a peut-être là le son de violon dont on rêve : chaleureux, velouté, à la fois puissant et profond.

MOZART, SCHUBERT, LISZT, SCHUMANN, CHOPIN, MOSZKOWSKI
Une soirée musicale au Musikverein, la mythique salle de concert de Vienne, avec le pianiste Vladimir Horowitz. Quelle jeunesse chez cet homme de 82 ans ! Ce récital est historique.

Écoutez les Impromptu de Schubert et regardez ses mains, cette puissance et cette délicatesse ! Si nous ne devions garder qu’un pianiste, ce serait probablement lui.

Gustav MAHLER, 9ème symphonie
En 2003, nous formions le Quatuor Modigliani. Dans le même temps, le chef d’orchestre Claudio Abbado invitait la clarinettiste Sabine Meyer et son ensemble à être les piliers des vents de l’orchestre du Lucerne Festival. Aujourd’hui, nous venons de sortir l’octuor de Schubert avec la même Sabine Meyer et les anciens solistes de Lucerne !

Cette 9ème de Mahler a été filmée quatre ans avant la mort d’Abbado. Il tient le public en haleine pendant 2 minutes et 16 secondes de silence, avant 8 minutes d’applaudissements à tout rompre. Saisissant.

Boris VIAN, Le déserteur
Ce choix est un clin d’œil à la Tribune des Musiciens Indépendants lancée le 4 mai, et qui interpelle le Président sur les droits des musiciens et leur statut (voir plus haut).

Muddy WATERS & THE ROLLING STONES, Live at the Checkerboard Lounge
1981. Les Rolling Stones se trouvent à Chicago, pendant une tournée. Un jour de repos leur permet d’assister à un concert de Muddy Waters, roi du Chicago Blues. Après une dizaine de minutes, Mick Jagger monte sur scène et se met à chanter, rejoint ensuite par ses musiciens. Admirez notamment le solo de guitare de Keith Richards à 15’22.

Tout ce beau monde se retrouve alors coincé sur une scène exiguë, pour une jam session unique et mémorable ! 

Nina SIMONE, I Wish I Knew How It Would Feel To Be Free
Idée de génie de Claude Nobs, alors directeur du Festival de jazz de Montreux, de faire enregistrer et filmer les concerts, préservant  près d’un demi-siècle de musique du monde entier. Aucun autre festival n’a fait cela systématiquement. Cette moisson constitue une collection absolument unique, première librairie audiovisuelle à être classée par l’UNESCO.

Ici, le merveilleux I Wish I Knew How It Would Feel To Be Free, de Nina Simone, qui ne fait qu’un avec son piano. Elle qui rêvait d’une carrière de pianiste concertiste. Il aurait fallu pour cela… qu’elle soit libre.

CARL CRAIG, Versus
Un concert qui ouvre les frontières et le champ des possibles. Quand un des précurseurs de l’électro (Carl Craig) rencontre un pianiste capable de jouer Bach et de passer ses nuits dans des clubs à mixer (Francesco Tristano), et que le génial François-Xavier Roth et son orchestre Les Siècles s’associent à ce moment mémorable, cela donne un beau symbole d’ouverture ! »

A lire également : CD : enfin le « Versus » de Carl Craig et Les Siècles

Retrouvez cette playlist sur notre chaîne YouTube et sur Spotify