PLAYLIST – Cinquième et dernière playlist : pour terminer le portrait de l’Ensemble intercontemporain en vidéos, voici une sélection qui sourit, détourne, tape, racle, et qui fait presque shebam, pow, blop, wizzzz. Laissez vous surprendre !

Thierry DE MEY, Musique de tables
On a tous joué à l’apprenti-percussionniste en frappant de petites séquences rythmiques sur une table. Mais bon, ça restait de la musique de cuisine ou de salle de réunion. Ici, trois musiciens à mains nues, la harpiste Frédérique Cambreling, le clarinettiste Jérôme Comte et le percussionniste Samuel Favre, frottent, frappent, caressent et claquent des feuilles Canson posées sur un plan en bois. Si parfois on a l’impression qu’ils ramassent les miettes sur la table, ils font surtout une vraie musique, rythmée, inventive et visuelle également, comme une danse doucement incantatoire.

Vinko GLOBOKAR, ?Corporel,
Attention, surprise. Non pas habillé d’un strict costume de scène et violoncelle en main, c’est torse et mains nus que se présente sur scène le violoncelliste de l’Ensemble intercontemporain Eric-Maria Couturier, avec ses tatouages dignes d’un guerrier Samoa ! Le musicien se livre, pendant dix minutes, à des mimiques étonnantes, une chorégraphie faite de gémissements, de claquements et de bruits sur son corps, amplifiés par des micros. Cette force brute, uniquement produite par un travail sur le corps, est assez impressionnante. Et une conclusion qui ne surprend qu’à moitié…

Mauricio KAGEL, Pas de cinq
On retrouve le violoncelliste Eric-Maria Couturier, cette fois-ci habillé, coiffé d’une couronne de papier et canne à la main, comme un roi de pacotille. Avec quatre autres musiciens de l’Ensemble intercontemporain, eux aussi munis de cannes, il déambule dans le hall de la Cité de musique, sur un pentagone installé au sol et pensé comme un chemin sonore : papier de verre, papier de soie, bandes sonores, bacs de polystyrène… Une drôle de marche contemporaine, un peu surréaliste.

György LIGETI, Musica Ricercata (III)
C’est court, c’est tonique, et pourtant basé sur quatre notes uniquement. Et ça s’appelle « recherche musicale »… comme quoi on peut chercher en s’amusant !

UNSUK Chin : Allegro ma non troppo
Même principe dans ce spectacle tout public de la compositrice sud-coréenne Unsuk Chin. Dans cet Allegro ma non troppo (rapide mais pas trop), un percussionniste ( ici Victor Hanna) est seul en scène. Il commence par sortir d’un gros paquet cadeau des morceaux de papier de soie qu’il froisse, jette, fait voler, déchire… Puis il se lance dans une tambouille sonore qui vous fera changer de point de vue sur vos ustensiles ménagers !

Péter Eötvös : Steine 
Héritier de Ligeti (voir plus), le Hongrois Péter Eötvös dirige ici l’Ensemble intercontemporain dans une de ses propres pièces. Dans Steine (les pierres), il part d’un bruit des plus communs : deux pierres frottées l’une contre l’autre. Chaque musicien joue des cailloux avant de s’emparer de leurs instruments. De ce bruit initial, si commun, si enfantin presque, Eötvös tire une musique très raffinée et nécessitant une coordination fine entre les interprètes.

Daniele GHISI & Boris LABBÉ, Any Road
Any Road est une pièce foisonnante, polymorphe et ludique. Il y a autant à voir qu’à écouter ! Elle est le fruit d’une collaboration entre le compositeur Daniele Ghisi et le vidéaste Boris Labbé. Écrite pour ensemble, vidéo et électronique, elle présente une agitation sonore et visuelle à la façon des jeux Atari des années 80 : voix enregistrées, effets de pixels et musiciens qui restituent les sons des premières consoles de jeu !

EN BONUS : Pulsation solidaire, réalisé pendant le confinement
Le percussionniste Samuel Favre a réalisé une vidéo pendant le confinement, qui montre l’attachement des musiciens de l’Ensemble intercontemporain à l’expérimentation sonore. Métronome, crayon sur table, fouet de cuisine, casse-noix, clefs et cordes d’instruments, tout est bon pour faire du son !

Liste détaillée des œuvres :

  • Thierry DE MEY, Musique de tables
  • Vinko GLOBOKAR, ?Corporel, pour un percussionniste sur son corps
  • Mauricio KAGEL, Pas de cinq
  • György LIGETI, Musica Ricercata (III)
  • UNSUK Chin : Allegro ma non troppo pour pour percussion et bande
  • Péter Eötvös : Steine (extraits)
  • Daniele GHISI & Boris LABBÉ, Any Road

Retrouvez cette playlist sur notre chaîne YouTube et sur la chaine YouTube de l’Ensemble intercontemporain