PLAYLIST – Pianiste sans frontières, Shani Diluka a pris le temps, entre trois avions et quatre pays, de nous soumettre sa playlist, qui entrelace poésie, philosophie et musique : du grand art ! Une playlist à retrouver également sur nos chaînes YouTube et Spotify.

Pianiste… mais pas que. Sa vie, Shani Diluka la considère comme un voyage en soi, avec sa double culture sri-lankaise et monégasque. La musique lui permet d’expérimenter des choses par l’invisible, qu’on ne peut partager par ailleurs.

Retrouvez ici son Interview perchée ©

Elle vient d’enregistrer un programme Schubert qui sera diffusé dans quelques jours en streaming sur le site du Konzerthaus de Vienne. Laissons-lui la parole…

« Voici ma playlist, que je conçois comme un voyage entre musique et poésie, à l’instar de la phrase de Paul Eluard : “la poésie, cette hésitation entre le son et le sens”.

Apparaissent de grandes figures féminines, de Annie Fischer à Ginette Neveu. De grandes traditions, du Quatuor Alban Berg à John Elliott Gardiner ou Ravi Shankar. Des voix abîmées et sublimées par la vie, de Chet Baker à Elis Regina. Une promenade qui suit également le cours du temps, de la pureté vocale des motets de Palestrina au témoignage de la 2nde guerre mondiale d’un Steve Reich, pour ne jamais oublier… Tout cela accompagné par les mots de compositeurs, poètes et philosophes..

BEETHOVEN, mouvement lent du Quatuor Razumovsky n°7
« Ne te contente pas de pratiquer ton art. Fraie-toi plutôt un chemin dans ses secrets, il le mérite bien. Car seuls l’art et le savoir peuvent élever l’homme jusqu’au Divin. » Ludwig van Beethoven

Quatuor Alban Berg

SCHUMANN, Concerto pour piano
« C’est le silence qui nous apprend à aimer la musique, c’est l’obscurité qui nous apprend à aimer les couleurs, c’est la guerre qui nous apprend à aimer la paix » Robert Schumann

Orchestre philharmonique de Budapest, Annie Fischer (soliste), Tarsazak Zenekara (direction)

PALESTRINA, Motets à 5 voix
« Si tu veux que s’émousse l’acuité du regard et du sens traque le soleil dans l’ombre » Friedrich Nietzsche 

Hilliard Ensemble (chœur)

SCARLATTI, sonate pour clavier en fa mineur
« La musique, système d’adieux, évoque une physique dont le point de départ ne serait pas les atomes, mais les larmes »  Emil Cioran

Emil Gilels (piano)

R STRAUSS, solo des violoncelles dans l’acte II de La Femme sans ombre
« La vie réelle se porte mieux si on lui donne ses justes vacances d’irréalité » Gaston Bachelard

Orchestre philharmonique de Vienne, Georg Solti (direction)

GLUCK, Mélodie extraite de Orphée et Eurydice
« Vivre est une prière que seul l’amour exauce » Romain Gary

Ginette Neveu (violon), Jean Neveu (piano)

MOZART, Kyrie de la messe en ut
« De temps en temps Les nuages nous reposent De tant regarder la lune. » Haiku Matsuo Basho

Monteverdi Choir, English Baroque Soloists, John Eliot Gardiner (direction), Barbara Bonney (soprano), Anne Sofie von Otter (mezzo-soprano=, Anthony Rolfe Johnson (ténor), Alastair Miles (basse)

Swara-Kakali, extrait de l’album West meets East
« La lumière toujours est tout près de s’éteindre/ Mais le printemps renaît qui n’en a pas fini/ Et la chaleur aura raison des égoïstes/ Tu chantais en rêvant le bonheur sur la terre/ Tu rêvais d’être libre et je te continue» Paul Éluard

Yehudi Menuhin (violon), Ravi Shankar (sitar)

Chet BAKER, Almost Blue
« S’élever au réel et pencher au mystère/ Être le jour qui monte et l’ombre qui descend/⁣⁣ Laisser du cœur vermeil couler la flamme et l’eau/ Et comme l’aube claire appuyée au coteau / Avoir l’âme qui rêve,au bord du monde assise »⁣ 
Anna de Noailles 

Carlos JOBIM, Sabia
« Vis sans heures. Tout ce qui mesure lèse, Or tout ce que tu penses mesure (..) Ainsi sois tes propres jours » Fernando  Pessoa 

Elis Regina (chant)

Steve REICH, Different Trains
« Le visage de mon prochain est une altérité qui ouvre l’au-delà. Le statut même de l’humain implique la fraternité et l’idée du genre humain. La justice est la figure de la fraternité, autrui est d’emblée frère de tous les hommes. »
Emmanuel Lévinas

Kronos Quartet

SCHUBERT, An die Musik
« Ô noble art, que de fois dans les heures tristes, Quand m’étreignait le poids de la vie, As-tu réchauffé mon cœur à des cieux plus doux, M’as-tu enivré dans un monde plus beau »  Franz von Schober

Pour terminer ce voyage et mon hommage à la musique, cette citation du Lied de Schubert An die Musik, avec la version de Fritz Wunderlich, aux phrasé et timbre exceptionnels. »

Fritz Wunderlich (ténor), Hubert Giesen (piano)

Liste détaillées des oeuvres

  • Ludwig van BEETHOVEN, Quatuor Razumovsky n°7, op.59 n°1 – mouvement lent, Adagio Molto e mesto
  • Robert SCHUMANN, Concerto pour piano en la mineur
  • Giovanni Pierluigi DA PALESTRINA, Motets à 5 voix, de son quatrième livre de motets
  • Domenico SCARLATTI, Sonate pour clavier en fa mineur L 118
  • Richard STRAUSS, La Femme sans ombre op.65 – Interlude orchestral de l’acte II (solo des violoncelles)
  • Christoph Willibald GLUCK, Mélodie extraite de Orphée et Eurydice
  • Wolfgang Amadeus MOZART, Kyrie de la Mess en ut K 427
  • Swara-Kakali, extrait de l’album West meets East, de Yehudi Menuhin et Ravi Shankar
  • Chet BAKER, Almost Blue, version studio
  • Carlos JOBIM, Sabia
  • Steve REICH, Different Trains
  • Franz SCHUBERT, Lied An die Musik, op.88 n°4, D 547

Retrouvez cette playlist sur notre chaîne YouTube et sur Spotify.