AU DISQUE ET VIDÉOS – Le claveciniste et organiste Benjamin Alard, confiné chez lui, continue son parcours à travers l’œuvre de Bach, dont il a entrepris d’enregistrer l’intégrale.

Le « claviériste » Benjamin Alard, aussi à l’aise à l’orgue qu’au clavecin, est tellement amoureux de la musique de Bach qu’il s’est lancé dans l’enregistrement, pour Harmonia Mundi, de l’intégrale de ses oeuvres pour clavier seul. Le résultat ? Une collection de 17 disques ! Si le 1er, intitulé Le jeune héritier, était consacré à ses œuvres de jeunesse, le 2ème, Vers le Nord, met en regard des pièces pour clavier de Johann-Sebastian avec des pièces de ses pairs de l’Allemagne du Nord, Buxtehude, Reinken ou encore Pachelbel.

Le 3ème volume, qui vient de sortir, contient des pièces composées par Bach quant il était le compositeur de la Cour de Weimar. Joliment intitulé À la française, il fait ressortir son attachement à la musique française et à “la belle danse”. Le toucher délicat et précis de Benjamin Alard donne vie aux suites, fugues et autres chorals, entrecroisées avec des pièces de ses contemporain français, Couperin ou de Grigny.

Son confinement, le titulaire de l’orgue de Saint-Louis-en-l’Ile ne l’imaginait pas sans jouer Bach, ni sans le partager. Il s’est alors lancé dans un nouveau marathon : présenter quotidiennement, depuis le clavicorde familial, une pièce de Bach, introduite avec quelques mots pour éclairer et guider l’auditeur. D’un style assez sobre, cette série de courtes vidéos « Monsieur Bach est au salon, restez à la maison ! » nous emporte dans son quotidien et celui de Bach !