David Grimal : « la culture ne doit pas être un objet de divertissement ou de promotion, mais un sujet »

JOLIE INITIATIVE – Les Dissonances, créées par le violoniste David Grimal, est un ensemble… sans chef. Pour maintenir son esprit, alors que les salles de concert sont fermées au public, l’ensemble donnera 10 concerts de musique de chambre, du 18 au 28 juin prochains à l’Opéra de Dijon, avec la complicité du pianiste Philippe Cassard. Des concerts diffusés en direct sur le site de l’Opéra de Dijon et cet été sur France Musique. Mais au fait, en quoi consistera cette Dissonances Chamber Music Series ?

Habituellement, l’ensemble Les Dissonances se réunit pour plusieurs grands concerts dans l’année. Comme nous l’explique son fondateur, le violoniste David Grimal, « l’ensemble est comme un orchestre de festival. Les musiciens viennent de toute l’Europe et se cooptent les uns les autres ». Mais en ces temps de disette musicale, qui empêchent les musiciens d’orchestre de se réunir, comment maintenir cette dynamique ?

Pour David Grimal, « l’esprit des Dissonances est fait de partage, de recherche, d’exigence et d’amitié. Cette Chamber Music Series est proposée pour que cet esprit vive, et pour éviter que le paysage musical français ne soit monopolisé par les deux musiciens classiques officiels, à savoir les frères Capuçon. La culture ne doit pas être un objet de divertissement ou de promotion, mais un sujet : celui de la place de l’être humain dans la société ».

Plusieurs partenaires ont été sollicités. L’Opéra de Dijon a aussitôt répondu présent, à la différence d’autres lieux qui semblaient plus représentatifs, comme la Philharmonie de Paris par exemple. « Ça va permettre de nous retrouver très vite, nous dit David Grimal, et les musiciens sont ultra-motivés ! » Il y a même l’espoir de pouvoir ouvrir la salle au dernier moment, pour laisser entrer un peu de public.

Au programme de cette série inédite, du grand répertoire chambriste : Ma Mère l’Oye de Ravel, le Premier Quintette de Bloch, le Quintette La Truite de Schubert ou encore le Trio Dumky de Dvořák, avec des interprètes de choix : Victor Julien-Laferrière, Nelson Goerner, Natalie Dessay, le Quatuor Hermès, Ilya Gringotts, Nathalia Milstein…

Des concerts diffusés en direct tous les soirs à 20h, du 18 au 28 juin sur le site de l’Opéra de Dijon, puis cet été sur France Musique.

Le calendrier complet est à retrouver ici.

Cette série s’inscrit dans une programmation de l’Opéra de Dijon totalement repensée, en réponse à la crise sanitaire : « Artistes en résidence | en résistance ». Au cours de ce festival, démarré le 27 mai et qui durera jusqu’au 6 juillet, pas moins de 36 concerts sont prévus, avec des artistes et ensembles qui font la vie de l’Opéra de Dijon depuis une dizaine d’années. Presque tous les jours, à 20h, rendez-vous est donné sur le site internet de l’Opéra de Dijon et ses réseaux sociaux, pour des moments exceptionnels. 

Des concerts accompagnés pédagogiquement

  • un reportage de dix-quinze minutes autour d’une œuvre ou d’un thème, présenté par les artistes en amont du concert.
  • un échange convivial, grâce aux technologies numériques, entre le public et le(s) artiste(s).
  • de nombreuses actions pédagogiques virtuelles ou dans les cours des écoles, menées par le service d’Action Culturelle de l’Opéra. 

Toutes les informations sont à retrouver ici : http://www.opera-dijon.fr/fr/au-programme/actualites/le-festival-de-l-opera-de-dijon