La playlist classique de Wilhem Latchoumia, pianiste

PLAYLIST – Wilhem Latchoumia trace tranquillement sa route de pianiste international, au répertoire et aux choix artistiques très personnels. Voici sa playlist, qui nous permet d’en savoir un peu plus sur lui. Une playlist à retrouver également sur nos chaînes YouTube et Spotify.

Wilhem Latchoumia : un prénom allemand et un nom ensoleillé. L’équilibre de la rigueur (il enseigne à la Haute école de musique de Berne) et du chaloupé. Du répertoire contemporain pris à bras-le-corps (lire ici notre article consacré au concert Barbarie) et de la sensualité de De Falla. La playlist qu’il a pris le temps de nous concocter est à l’image de ce tout harmonieux, composé d’éléments riches et variés. Laissons-lui la parole…

Pancrace ROYER, L’Aimable
« C’est en répondant à l’invitation d’Alexandre Tharaud à la Philharmonie, pour jouer du Rameau et quelques compositeurs contemporains, que j’ai découvert son album « Versailles ». Durant le confinement je jouais tous les matins cette pièce de Royer en guise de prélude.

Nina SIMONE, Strange Fruit 
Elle fait partie des « must » de ma collection de vinyles. Pas une semaine ne se passe sans que je l’écoute. Je m’installe confortablement dans un fauteuil et je me laisse envoûter par cette pianiste et cette voix exceptionnelle, qui aurait rêvé de faire une carrière dans la musique classique. 

Franz SCHUBERT|Franz LISZT, Litanei
Un de mes étudiants de la Hochschule de Berne préparait son examen de sortie avec, dans son récital final, un Lied de Schubert transcrit par Franz Liszt. Pour moi l’occasion rêvée de tendre une oreille vers ces transcriptions et de redécouvrir ces bijoux. J’aime particulièrement cette version de Vladimir Sofronitsky, le spécialiste de Scriabine.

Gérard PESSON, la chanteuse des rues
C’est toujours un plaisir de partager quelques pages d’un compositeur dont je défends la musique, en l’occurrence Gérard Pesson. L’idée d’écrire des chansons, propre aux musiques de variétés, me plait beaucoup, et n’est pas sans rappeler les chansons à texte défendues par Fréhel et tant d’autres.

Vinicius DE MORAES et TOQUINHO, Insensatez
Sur ma platine vinyl, il n’y a pas, comme pour Nina Simone, une semaine sans Bossa Nova. Ici Vinicius de Moraes, musicien et poète ambassadeur. Laissez-vous porter par sa propre poésie mise en musique, en compagnie du guitariste et chanteur Toquinho (nous vous en parlions récemment, ndlr). Les fondateurs de ce mouvement nous font goûter quelques saveurs du Brésil dignes de la cachaça.

Manuel DE FALLA : La Vida Breve (Acte II – Tableau I – Scène 1 : Olé!….Ay!)
Avant de rejouer des pièces pour piano de Manuel De Falla, j’aime me replonger dans son univers en passant par la musique d’orchestre. Comme son opéra La Vida Breve, où Falla convie un guitariste de Flamenco entre deux pages colorées de l’orchestre. Choc et plaisir des oreilles, comme un retour au folklore dans son sens le plus noble. Retour aux origines, aux racines, pour les transcender.

MOONDOG, Für Fritz
Petit clin d’œil à Vanessa Wagner, qui m’a fait me pencher de manière plus sérieuse sur le mouvement minimaliste. Fan de John Cage, voilà une pièce bien étonnante du compositeur aveugle vivant dans la rue : Moondog. »

Retrouvez cette playlist sur notre chaîne Youtube et sur Spotify !