ÉVÉNEMENT – Poussières de plomb, variations thermiques, arrosage forcé… Épargné par l’incendie du 15 avril 2019, le grand-orgue de Notre-Dame de Paris a malgré tout besoin d’un bon coup de propre. Pour cela, pas d’autre alternative que de le démonter entièrement, le restaurer et le remonter. Un chantier d’ampleur qui commence maintenant, à l’intérieur de celui, colossal, de la restauration de l’ensemble de l’édifice.

Voix de la cathédrale depuis 1733, le grand orgue symphonique de Notre-Dame de Paris a été transformé à plusieurs reprises, notamment par Aristide Cavaillé-Coll en 1868. Doté de 8 000 tuyaux répartis sur 5 claviers et un pédalier, il est le plus grand instrument de France en nombre de jeux (115). De prestigieux organistes, comme Louis Vierne ou Pierre Cochereau, en ont été titulaires.

Olivier Latry, co-titulaire actuel, à la console de l’orgue de Notre-Dame de Paris, en mars 2019. © S.G.

L’incendie du 15 avril 2019 l’a relativement épargné. Néanmoins, il est recouvert de poussières de plomb et a souffert des variations thermiques subies par la cathédrale depuis l’incendie. Il nécessite donc un nettoyage approfondi et une restauration, qui s’étaleront entre 2021 et 2024.

La première étape du chantier commence dès à présent, avec la dépose de la console des claviers. Autrement dit, le démontage des claviers, du pédalier, du coffrage en bois et de l’ensemble de la tringlerie qui relie la console aux tuyaux. Rien que ça…

Puis ce sera au tour des 8 000 tuyaux d’être démontés, ce qui devrait nous mener à la fin de l’année. Tous les éléments seront triés, numérotés et entreposés dans quatre conteneurs étanches. Un appel d’offres sera publié pour le nettoyage, la restauration et le remontage de l’instrument. Cela nécessitera notamment un immense espace de travail, de la taille d’un hangar d’aérodrome.

Enfin, six mois seront nécessaires pour accorder et harmoniser l’instrument, afin qu’il retrouve son équilibre sonore global. Comme l’explique le général d’armée Jean-Louis Georgelin, président de l’établissement public chargé de la conversation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris, « il était essentiel de lancer cette opération au plus vite, afin que le grand-orgue puisse à nouveau faire entendre sa voix, le 16 avril 2024. »

Retrouver ici l’interview perchée d’Olivier Latry, réalisée peu avant l’incendie de Notre-Dame de Paris.