Tannhäuser en direct de l’Opéra de Rouen Normandie (annulé)

OPÉRA – Avec sa nouvelle production du Tannhäuser de Wagner retransmise gratuitement, l’Opéra de Rouen Normandie voit grand pour sa rentrée. Rendez-vous à Rouen dès le 27 septembre et sur les écrans le 3 octobre en Normandie et à La Seine-musicale à Boulogne-Billancourt.

Mise à jour du 1er octobre : l’Opéra de Rouen Normandie se voit dans l’obligation d’annuler totalement la production de Tannhäuser.

Dès qu’il est question d’un opéra de Richard Wagner, il faut user de superlatifs. L’Opéra de Rouen Normandie le sait bien et nous concocte une ouverture de saison grandiose avec Tannhaüser : son ouverture sublime, ses défis vocaux, son orchestre extra-large, ses chœurs impressionnants…

Une vision non binaire
Pour accueillir cet opéra de Richard Wagner contant le dilemme amoureux du jeune héros Tannhäuser, le Théâtre des arts de Rouen a dû innover : pour assurer la distanciation des musiciens, une fosse d’orchestre de plus de 200m2 a été recréée au parterre du théâtre soit 4,3 tonnes de matériaux et 420 heures de travail. L’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, l’Orchestre Régional de Normandie et le Chœur Accentus seront dirigés par le chef allemand Rudolf Piehlmayer.

La mise en scène de David Bobée prend aussi l’œuvre de front. Le metteur en scène a posé un regard d’un homme d’aujourd’hui sur l’histoire d’un Tannhäuser hésitant entre l’amour charnel de Vénus et l’amour chaste d’Elisabeth. Comme l’explique David Bobée, « Tannhäuser semble, à la première lecture, souscrire aux poncifs de la représentation des femmes dans la culture occidentale – et particulièrement dans l’opéra – en opposant Vénus et Élisabeth, la garce et la sainte, la mangeuse d’hommes et la vierge sacrificielle, la maman et la putain… »

Pour bousculer cette vision binaire du rapport aux femmes, David Bobée analyse les destins tragiques de Tannhäuser et d’Élisabeth à l’aube d’une société obsédée par la norme – une thématique particulièrement contemporaine. Les deux rôles féminins, Vénus et Élisabeth, sont confiés à la même chanteuse : la soprano Catherine Hunold qui réalisera là une prouesse vocale.

L’opéra en direct en Normandie et au-delà
Ce Tannhäuser sera capté et diffusé en direct du Théâtre des Arts de Rouen, le 3 octobre à 18h gratuitement, sur de nombreux écrans en Normandie et en Ile-de-France. Pour permettre à tous les publics d’accéder à des chefs-d’œuvre de l’art lyrique, l’Opéra de Rouen Normandie a déjà retransmis une Madame Butterfly et un Barbier de Séville : un succès à chaque fois. Pour cette nouvelle édition d’Opéra en direct, une quinzaine de salles retransmettront Tannhäuser :

https://www.youtube.com/watch?v=pjaFEsCE4zQ

Représentations à l’Opéra de Rouen Normandie : dimanche 27 septembre à 16h, mercredi 30 septembre à 19h et samedi 3 octobre à 17h. Tarifs de 10 à 68€. Durée 3h15, entracte inclus. Infos : https://www.operaderouen.fr/saison/20-21/tannhauser/