Philippe Bianconi/La Dolce Volta

CD – Le pianiste est décidément l’un des interprètes de Debussy qu’on adore le plus. Même les cérébrales Études coulent de source sous ses doigts.

Souvenez-vous des Victoires de la musique 2012. On y jouait un tube, le Clair de Lune de Debussy. En cela, rien de nouveau sous les spots lumineux des Victoires. Mais l’interprète détonnait avec la grand-messe médiatique : pianiste discret, presque timide, Philippe Bianconi venait d’enregistrer un disque magnifique des Préludes de Debussy. (Victoires de la musique, Grand Prix de l’Académie Charles-Cros, Diapason d’Or de l’année).

Le voici de retour à Claude Debussy avec des pages tardives de la vie du compositeur. Au-delà de leur défi technique redoutable, voire expérimental, les Études — en référence à Chopin que Debussy vénérait —, sont un condensé de son art : rythme, couleurs mais aussi ironie mordante (écoutez la première piste du disque dans laquelle Debussy se moque de Czerny, fameux auteur d’études rébarbatives pour piano !). Bianconi présente aussi dans ce disque les deux pièces ultimes de son œuvre (Élégie et Les Soirs illuminés par l’ardeur du charbon) et la suite tirée du Martyre de saint Sébastien. Ces pièces montrent un visage différent de Debussy, spirituel, dépouillé et poignant.

C’est pour qui ?
Pour ceux qui aiment déjà beaucoup le piano et/ou Debussy et qui pourront découvrir un autre aspect plus cérébral de notre bon vieux « Claude de France ». Comme Robert Pattinson dans le premier épisode de la saga Twilight, vous aurez séduit l’élu.e de votre cœur avec le Clair de Lune de Debussy. Après cinq, dix voire vingt ans de vie commune, vous pourrez passer aux Études pour engager une vrai débat sur la complexité de la vie.

Pourquoi on aime ?

  • Pour la modernité et l’insolence de cette musique qui se moque des autres et un peu d’elle-même aussi. Pour la découverte de l’Élégie et Des Soirs illuminés
  • Pour la fraicheur du jeu de Philippe Bianconi pour qui le piano semble un élixir de jeunesse.
  • Pour la maturité du jeu de Philippe Bianconi qui maîtrise ce répertoire comme s’il l’avait écrit lui-même.

Retrouvez Philippe Bianconi en concert le 31/10 au Théâtre des Bouffes-du-Nord pour le Festival La Dolce Volta. Infos ici.

A LIRE AUSSI : Préludes de Debussy : le match des parutions