La playlist de Cendrillon

PLAYLIST – Livrée avant minuit, pour que vous la lisiez au matin, voici la playlist de Cendrillon. Pensée pour ceux qui subissent le couvre-feu, elle figure également sur notre chaîne YouTube et sur Spotify.

Quoi ? Pas le droit de sortir après 21 heures, sinon mon carrosse se transforme en citrouille et je me retrouve courge, à devoir payer 135 euros d’amende (1500 en cas de récidive) ? Pauvre pomme que je suis. Alors, pendant le couvre-feu et tandis que j’entretiens mon feu, vaille que vaille, je me repasse en boucle ma playlist de cœur. Celle qui m’éloigne de ma grisaille et me promet des lendemains qui chantent…

Frederik LOEWE
Sans hésiter, cette playlist commence par I Could Have Dance All Night (J’aurais pu danser toute la nuit). Oh que oui, comme le chantèrent Julie Andrews puis Audrey Hepburn, enfin sa doublure vocale Marni Nixon, j’aurais pu danser toute la nuit, au lieu de devoir rentrer piteusement avant 21 heures !

Jules MASSENET
Beaucoup de compositeurs ont mis mon histoire en musique, et notamment Jules Massenet pour son opéra… et bien, Cendrillon, évidemment ! J’aime bien cet air, Enfin je suis ici. Ouf je l’ai échappé belle, j’ai pu m’enfuir à temps, en emportant avec moi une pantoufle de vair et quelques paroles d’un doux prince amoureux…

Michel LEGRAND
De doux prince amoureux il est justement question, dans cette Chanson du Prince, extraite de Peau d’Âne, de Michel Legrand. C’est Jacques Revaux qui la chante. J’aime l’élégance de l’écriture et la mélancolie du cor anglais (je sais, ça fait savant. C’est ma bonne fée Marraine qui m’a appris ce mot…).

Une merveille de Michel Legrand en entraînant une autre, je passe, toujours dans ma playlist de cœur, à la Chanson de Maxence, extraite des Demoiselles de Rochefort. Là aussi, élégance inégalable et beauté intemporelle de la mélodie, en arpèges brisés (Marraine en sait décidément beaucoup), toujours interprétée par Jacques Revaux.

Michel Legrand était également un grand pianiste. Le voici en 2017, un an avant son décès, improvisant sur La Chanson de Maxence, accompagné par son complice de toujours, le contrebassiste Pierre Boussaguet.

Pour les Anglo-saxons, ce tube planétaire s’appelle You Must Believe in Spring. C’est devenu un standard de jazz, comme ici, sous les doigts de Bill Evans. La qualité audio laisse parfois à désirer, mais la musique est si belle…

Leonard BERNSTEIN
Lui aussi mixait avec talent écriture classique et influences jazz : Leonard Bernstein, qui composa notamment West Side Story. Quand j’écoute Tonight, chanté par Tony et Maria, les Roméo et Juliette modernes, je me dis que l’espoir est toujours possible.

Tom JOBIM
Tout doucement, les rythmes latinos sous-jacents de West Side Story me font partir au pays de la bossa nova, le Brésil du grand Tom Jobim. Voici The Girl From Ipanema, chantée par Astrud Gilberto, avec le magnifique saxophone alto de Stan Getz.

Franz SCHUBERT
Une autre chanson douce, si j’ose dire, avec un instrument à vent qui lui aussi dialogue avec la soliste : Le Pâtre sur le rocher (Der Hirt auf dem Felsen), de Franz Schubert, dans lequel la clarinette et la soprano rivalisent de yodels venus tout droit des montagnes autrichiennes, pour déplorer l’éloignement de la bien-aimée.

Camille SAINT-SAËNS
Dans son opéra Sanson et Dalila, le compositeur romantique Camille Saint-Saëns a écrit, avec l’air Mon cœur s’ouvre à ta voix, une des plus belles pages d’expression de l’amour féminin.

Franck CHURCHILL
Voilà pour ma playlist de cœur, qui pourrait se conclure par la chanson de ma copine Blanche-Neige, Someday My Prince Will Come (Un jour mon Prince viendra).

Et même les plus grands jazzmen ont fondu devant la douceur de cette chanson, comme le pianiste Bill Evans ou, ici, le trompettiste Miles Davis…

Une playlist à retrouver sur notre chaîne YouTube et sur Spotify.