Le Ring de Wagner mis KO par le coronavirus ? Pas tout à fait…

RETRANSMISSION – Le festival Ring aurait dû être le clou de l’année 2020 à l’Opéra de Paris. Crise du coronavirus oblige, les représentations ont été annulées, mais la musique se donnera quand même, sous forme de quatre concerts à l’Opéra Bastille, diffusés en intégralité et en direct sur France Musique, les 23, 24, 25 et 28 novembre. De quoi se consoler (un peu).

L’anneau du Nibelung (Der Ring des Nibelungen), bref, le Ring, pour faire simple, est un « festival scénique en un prologue et trois journées », voulu comme tel, écrit (plus de 8 000 vers) et composé par Richard Wagner entre 1869 et 1876. Tout y est propice à la démesure : plus de seize heures de spectacle, des chanteurs aux voix et aux coffres XXL, plus de 100 musiciens et une quinzaine de solistes pour chaque opéra, sur fond de légendes médiévales germaniques et nordiques qui ne font pas vraiment dans la dentelle. À côté, Game of Thrones n’a qu’à bien se tenir !

Arrivé en 2009 à la tête de l’orchestre de l’Opéra de Paris, Philippe Jordan voulait clore son mandat avec ce marathon emblématique. Les réservations allaient bon train, les plus grandes voix lyriques étaient au rendez-vous (Andreas Schager, Eva-Maria Westbroek, Ricarda Merbeth… et même Jonas Kaufmann !), Calixto Bieito devait en réaliser la mise en scène et les afficionados du Ring se préparaient à venir des quatre coins de la planète pour y assister. Mais voilà… la Covid-19 a sonné le glas de cette belle entreprise.

Combat gagné par KO ? Pas tout à fait. Sonné mais résistant, le Ring se donnera bien, sous forme de quatre concerts à l’Opéra Bastille, diffusés en direct sur France Musique, qui adapte sa grille en fonction :

Lundi 23 novembre à 19 h 30 : L’Or du Rhin, présenté par Clément Rochefort.
Mardi 24 novembre à 18 h 30 : La Walkyrie, présenté par Clément Rochefort.
Jeudi 26 novembre à 18 heures : Siegfried, présenté par Benjamin François.
Samedi 28 novembre à 18 heures : Le Crépuscule des dieux, présenté par Judith Chaine.

Faisons confiance à l’équipe technique de Radio France pour restituer au mieux le gigantisme — ou la grandeur, au choix —, de ce monument lyrique, et remercions les musiciens de l’orchestre ainsi que les membres du choeur de l’Opéra de Paris d’avoir souhaité le maintenir à tout prix, unis derrière leur chef. À propos, quand connaîtra-t-on le nom du successeur de Philippe Jordan ?

En attendant, nous ne saurions trop vous recommander de visionner cet interview de Philippe Jordan. Sa manière de chantonner les thèmes principaux du Ring dit tout l’amour qu’il porte à l’œuvre :