SÉLECTION – Quel livre offrirez-vous cette année à votre amour, votre fille, votre ado, votre mère, votre cousin, votre grand-père ? Un joli conte ? Un polar ? Un livre pour danser ? Quelques partitions simples ? Classique mais pas has been vous donne quelques idées.

JEUNESSE

Les Plus Beaux Airs de ballets de David Pastor et Olivier Desvaux. De Casse-Noisette au Sacre du printemps, les musiques de ballet sont souvent parmi les plus captivantes écrites par les compositeurs classiques. Elles sont le sujet du dernier album de la fameuse collection de livres-disques de Didier Jeunesse dédiée à la musique. Un musicien – le corniste David Pastor – a sélectionné 15 pièces représentatives de l’art du ballet : Don Quichotte, Coppelia, Sylvia, Le Lac des cygnes, La Bayadère, etc. Chacune a sa double page magnifiquement illustrée par d’Olivier Desvaux. Après une résidence à l’Opéra Garnier, le dessinateur réussit à rendre le mouvement de danse et l’essence de chaque pièce. Quel exploit ! Nos oreilles aussi se régalent puisque David Pastor n’a pas lésiné sur la qualité des versions qu’il a choisies : Georges Prêtre et le Royal Philharmonic Orchestra, André Cluytens et l’Opéra de Paris, l’incontournable Richard Bonynge à la tête de l’English Chamber Orchestra, Yehudi Menuhin dans la variation d’Aurore de La Belle au Bois dormant. L’objet sera un élégant cadeau et ceux qui ont abandonné les lecteurs CD retrouveront la suite de ballets en streaming. C’est pour qui ? Pour les mélomanes de 5 à 8 ans qui pourront découvrir le monde merveilleux du ballet. (S.G.)

PartenariatFarandole de comptines au piano (Éditions Villanelle). Marianne Vourch, une pionnière des concerts “jeune public” est l’auteur de la collection J’aime la musique, qui prolonge en livre-disque l’aventure de ses Concerts du Mercredi. Dans une nouvelle collection, elle présente non pas des œuvres de compositeur, mais des “Trésors en musique”. Farandole de comptines offre un bouquet de chansons d’autrefois sous les doigts du célèbre pianiste Abdel Rahman el Bacha. Pour entraîner l’oreille d’un enfant et éveiller son goût de la musique, le pianiste convoque les inoubliables mélodies de Gentil Coquelicot ou Mon Beau Sapin… et les enrichit des harmonies multicolores de la musique classique. Comme il le dit lui même : “Des harmonies qui leur soient dignes, ni trop basiques ni trop sophistiquées, juste pour peindre ces courbes avec de jolies couleurs.” Dans ce recueil, la souris est donc plus verte, et nos oreilles ne s’en portent que mieux. C’est pour qui ? Pour des parents qui voudraient faire plaisir autant à eux qu’à leur enfant, en écoutant des comptines joliment arrangées, et des clés d’écoute qui nous invitent à chercher le loup dans le piano, les petites notes d’un oiseau. En savoir plus.

Le Carnaval (gastronomique) des animaux de Bernard Friot (Milan). Non, ce Carnaval gastronomique des animaux n’est pas un livre de recettes… Soyez rassurés, vous n’y apprendrez pas comment rôtir un cygne, ou comment assaisonner le kangourou ! Cette adaptation un peu déjantée du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns a donné lieu en 2019 à un spectacle Jeune Public, qui se décline aujourd’hui en livre-disque, sous la plume de Bernard Friot et raconté par Jacques Gamblin. Ici, plus de parade nuptiale ou de marche royale, mais un concours de cuisine où défilent des plats préparés par les animaux et où trône, capricieux, le lion en président de jury. Si vous imaginez sans peine Philippe Etchebest avec une crinière, alors ce livre est fait pour vous ! Ah… oui… pour vos enfants aussi !! C’est pour qui ? Pour les familles de cuistots mélomanes qui ne manquent jamais les concours de cuisine aux heures de grande écoute. (O.D.) En savoir plus.

PartenariatBelles bestioles, initiation à la musique classique, de Ana Gerhard (La montagne secrète) . Bzzzzz bzzzzz ! Si vous voulez faire naître la fibre musicale chez un enfant, les Belles Bestioles d’Ana Gerhard vous proposent une entrée décalée dans l’univers classique. Parfois une étincelle peut allumer la flamme et parfois le battement d’aile d’un papillon… vous connaissez la suite ! Justement de papillon il en est question dans ce recueil commenté de pièces du répertoire autour de la thématique des insectes. Sauterelle, bourdon, fourmi, têtard se croisent dans un bestiaire musical joliment illustré par Mauricio Gòmez Mòrin. De Bartòk à Haendel, de Ravel à Couperin, les compositeurs se muent en entomologistes savants pour vous offrir un florilège à butiner en famille ! C’est pour qui ? Pour les enfants curieux des petites bêtes, à qui le muséum d’histoire naturelle manque beaucoup trop. En savoir plus ici.

PRATIQUE

Partenariat – Les chefs-d’œuvre du classique au cinéma, pour les Nuls par Gwendal Giguelay (First Éditions). 65 partitions pour piano. Un recueil de partitions pour piano réunissant les grands classiques du cinéma, accompagnés des conseils du coach des Nuls. Un nouvel opus dans la collection de cahiers de partitions (après Les plus beaux standards de jazz pour les Nuls et les Les grands classiques du piano pour les Nuls), avec ce recueil réunissant les grands classiques du cinéma, arrangés pour le piano: Titanic, La Vie est belle, Intouchables et Apocalypse Now. L’adaptation de ces thèmes est signé Gwendal Giguelay, titulaire d’un Master de piano et d’un certificat d’aptitude de professeur de piano du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. C’est pour qui ? Pour les apprentis pianistes qui pourront facilement jouer des “tubes” du cinéma, se faire plaisir et réjouir leur entourage. En savoir plus.

POLAR

 Le Code et la diva de Christian Grenier. (édition le Rouergue). BWV1007, KV 626, ou encore opus 111 : derrière ces codes barbares se cachent les plus grandes partitions de la musique classique (en l’occurrence la première Suite pour violoncelle seule de Bach, le Requiem de Mozart et la dernière sonate pour piano de Beethoven identifiés par leur numéro dans les nomenclatures des œuvres des compositeurs). Certains mélomanes cultivant l’entre-soi aiment d’ailleurs à parler avec ce langage codée pour mieux frimer… À partir de ces codes, Christian Grenier bâtit un sympathique polar : l’histoire de Rémi Gémeaux, qui doit, pour sauver son frère, retrouver le code secret du compte bitcoin de son père, mort dans un accident de voiture. Le riche papa, très mélomane, aura sans doute utiliser les BWV et autre K. machinchose. Mais comment retrouver les 80 caractères de la combinaison ? En se plongeant dans les disques de ce père discret et avec eux dans son passé et ses secrets. Les personnages de Christian Grenier, auteur multirécidiviste de polars (également connu pour ces livres pour la jeunesse), sont très finement dessinés, touchants et palpables, si bien que l’on se prend facilement à vouloir aider Rémi dans sa quête. C’est pour qui ? Un lecteur mélomane qui se régalera des messages cryptés et autres devinettes musicales qui se cachent dans Le Code et la diva. Pour faire durer le suspens, très bien orchestré, il arrêtera sa lecture afin d’écouter les versions choisies par l’auteur. (S.G.)

HISTOIRE

Le Groupe des six, une histoire des années folles par Pierre Brévignon (Actes Sud). Rien que pour l’anecdote personnelle que l’auteur raconte au début de son livre, la lecture du Groupe des six vaut le détour. On ne vous en dira rien de plus mais elle a ce côté absurde et sympathique qui introduit parfaitement le contexte historique de la naissance de ce groupe de compositeurs (et une compositrice, Germaine Tailleferre !). Les Années folles ont eu tendance à survendre pas mal leur folie, leur liberté et leur originalité. Survendue est sans doute aussi l’empreinte musicale de ce groupe plus ou moins soudé. Néanmoins les personnalités des uns et des autres sont vivifiantes : Georges Auric (le jumeau de Poulenc), Louis Durey (le discret), Arthur Honegger (le novateur), Darius Milhaud (le dilettante), Francis Poulenc (le surdoué) et Germaine Tailleferre (la battante). Les six auxquels il faut ajouter Erik Satie et Jean Cocteau, les parrains. Après une Grande Guerre atroce, et alors qu’une pandémie sévissait (la grippe de 1918), les cinq ont envie de canular, de provocation, de pseudo musique et de vrai enthousiasme. Nous aussi ! On aime cette brève histoire du groupe des six, surtout racontée par la plume légère et avisée de Pierre Brévignon C’est pour qui ? Pour un mélomane un peu averti qui voudra sans s’ennuyer approfondir une période méconnue de l’histoire de la musique classique. (S.G.) En savoir plus.

BANDES-DESSINÉES

Beethov sur Seine, une année avec l’orchestre de Chloé Wary (Steinkis). Ça commence par un choc. Février 2020, la mort tragique du basketteur Kobe Bryant terrasse l’Amérique. En hommage, Alicia Keys interprète au piano une version de la Sonate au clair de lune de Beethoven. C’est à cet instant que Chloé Wary, 25 ans, baignée depuis toujours dans une culture urbaine et populaire, se prend d’une passion urgente pour le génie allemand. Raconter la musique classique quand on y “connaît rien” et raconter Beethoven quand on commence une histoire avec lui, c’est le défi que se lance la dessinatrice. Pendant un an, elle a suivi l’Insula orchestra, dirigée par Laurence Equilbey, en résidence à la Seine musicale, pour la préparation du spectacle Pastoral for the planet. Beethov sur Seine, porte un regard neuf et bienvenu sur la musique classique. C’est pour qui ? Pour ceux à qui les orchestres font peur, pour ceux qui veulent dépoussiérer le genre, pour les curieux et aussi les amoureux de l’esthétique urbaine. (L.L.) En savoir plus.

PartenariatNotes légères, les plus belles histoires de la musique classique illustrées, par Christian Morin (First Éditions). “Il faut traiter les choses sérieuses avec légèreté, et les choses légères avec sérieux”. Cet aphorisme, attribué à Alphonse Daudet, est un assez bon contrepied à la mélancolie. Il pourrait définir le joli livre de Christian Morin, Notes légères, sous-titré « Drôles d’histoires de la musique classique ». On savait Christian Morin clarinettiste de talent, grand-maître es tourne de la Roue de la fortune ou encore animateur sur Radio Classique. On découvre grâce à ce livre qu’il est également dessinateur, diplômé des Beaux-Arts, et qu’il fit ses débuts professionnels comme graphiste pour Radio France et dessinateur humoriste pour Sud Ouest. Un saltimbanque multi-talentueux, en somme, et heureux de l’être. Dans Notes légères, il distille, au fil de croquis et d’anecdotes, un humour fin et sincère, doublé d’une connaissance aimante et érudite, sans en avoir l’air, de la musique classique. La légèreté pour dire les choses importantes ; tout est là. C’est pour qui ? Pour ceux qui ont besoin de tendresse. En savoir plus.