PLAYLIST – Pour Sarah Nemtanu « le musicien se doit d’être un filtre entre un texte et sa transmission sur scène ». Une sorte de passeur qui doit conserver un texte authentique et le retranscrire à la « perfection ». Cette recherche de la perfection, Sarah Nemtanu la distille ici et là dans sa playlist, et propose un condensé d’artistes qui ne cessent de se dépasser.

Premier violon solo de l’Orchestre national de France, depuis 2002, Sarah Nemtanu mène une carrière prolifique. En plus de son travail à l’Orchestre, elle ne cesse de creuser de nouvelles voies et enchaîne projets de groupe et en solo. En 2010, son premier album, Gypsic, brosse le portrait d’une musicienne éclectique et indépendante. L’album est réedité en 2016 avec le pianiste Chilly Gonzales.

Vous pouvez retrouver la playlist de Sarah Nemtanu sur YouTube ou sur Spotify.

Laissons lui la parole…

BEETHOVEN, Le Septuor pour cordes et vents en mi bémol majeur, opus 20

Monica Huggett, violoniste.
« J’adore le jeune Beethoven. On sent toute la flamme qui vibre en lui, mais que sa jeunesse maintient encore dans un cadre. Ce Septuor est un chef-d’oeuvre de la musique de chambre, composé de quatre cordes et trois vents. Cette version est exceptionnelle, jouée avec des instruments d’époque. Ici, Monica Huggett a des idées de phrasés vraiment incroyables. Elle respecte le texte tout en arrivant à lire entre les lignes de la musique.

Franz SCHUBERT – Symphonie no 8 ou symphonie inachevée, en Si mineur, D759

Orchestre royal du Concertgebouw, Nikolaus Harnoncourt.
Il y a trente ans, Nikolaus Harnoncourt a remis de l’ordre dans l’interprétation de la musique de la période classique. Il a enlevé un peu toute la chantilly de la musique romantique. Son oeuvre se mesure par son énorme travail de restitution du texte, il voulait être au plus près de ce qui se faisait à l’époque.

J. S. BACH, sonate pour violon solo, No. 2 BWV 1003, Andante et allegro

Augustin Hadelich est un peu la star du violon en ce moment, un chercheur complètement maniaque, qui a une pureté de technique comme j’en ai rarement vue. Sur cette vidéo Youtube, il joue Bach sur un archet classique et il ne vibre pas, ou à peine. Il est toujours dans la recherche la plus pure de la vérité.

Yamandu COSTA et ses rythmes colombiens

Yamandu Costa a été découvert par le chef d’orchestre Kurt Masur. Regardez ce naturel ! Cette décontraction ! Je ne sais pas du tout faire ça, moi, être aussi détendue. Quand je l’écoute, et que je le regarde, je me mets vraiment en position de fan ! Son groove, sa bonne humeur, ça me remplit.

Richard STRAUSS, Quatre Derniers Lieder

Kurt Masur, Jessye Norman.
J’avais 21 ans quand Kurt Masur m’a recrutée à l’Orchestre national de France. J’ai eu la chance d’avoir grandi à l’orchestre à côté d’un monument. Je trouve que la voix ronde et timbrée de Jessye Norman équivaut à de l’or. Ça me touche d’autant plus que ma mère était chanteuse soprano. Il y a une telle fluidité dans cet échange : elle dans sa voix, lui dans sa vision de l’oeuvre. Strauss est un compositeur que j’apprécie particulièrement : très expressif, toujours avec une grande noblesse, sans grandiloquence…

Astor PIAZZOLLA et Fernando SUAREZ PAZ – Milonga del Angel

J’adore la musique sud-américaine : elle me donne la chaire de poule direct ! Dans cette version live de Milonga del Angel, à 3 minutes 45, un moment magique se produit : Fernando Suarez Paz, le violoniste d’Astor Piazzolla, fait un mi bémol et Astor le reprend au bandonéon. Il semble s’agir de la même note, alors que ce n’est pas le même instrument, c’est hallucinant.

DEBUSSY, La Mer

Seiji Ozawa et l’Orchestre national de France.
La Mer est dans mon top cinq des oeuvres d’orchestre. Dans cette version enregistrée au Théâtre des Champs-Élysées, un théâtre à l’ancienne, on entend la spécificité du son français d’orchestre, le timbre des bois très clair. Un son authentique quoi ! Seiji Ozawa, est un chef japonais qui a travaillé aux États-Unis, qui adore la musique française. Il fait partie de ces chefs cosmopolites pouvant tout diriger, et tout ce qu’il dirigera, sera bon. »