© netflix

On regarde quoi cette semaine ?

NOUVEAUX FORMATS – Télévision, VOD, YouTube… Retrouvez les programmes dédiés à la musique classique sélectionnés par la rédaction et diffusés du 17 au 23 janvier.

À LA TÉLÉVISION

Tous les matins du monde : un chef d’œuvre à revoir

Film récompensé de huit Césars et du prix Louis-Delluc, deux millions d’entrées au cinéma… Tous les matins du monde, l’adaptation du roman éponyme de Pascal Quignard, est un chef-d’œuvre, qui a su conquérir ceux qui n’y connaissaient rien au baroque tout en maintenant son exigence artistique au plus haut. La raison ? Sans doute un casting d’acteur exceptionnel, composé des très regrettés Jean-Pierre Marielle (Jean de Sainte-Colombre) et Guillaume Depardieu (Marin Marais jeune). Préparez vos mouchoirs, car on en sort jamais complètement indemne, la mélancolie y régnant en maîtresse. Et qui de mieux que l’un des plus grands noms de la viole de gambe, Jordi Savall, pour diriger et interpréter la bande originale ? Un succès tel qu’en 1992, sa musique est récompensée du César de la meilleure musique, et d’un disque d’or.

À voir lundi 18 janvier, à 20h50, sur France 5 (1h50).

EN REPLAY

Graines d’étoiles : vous en aurez plein les yeux

C’est un monde complètement à part que celui des ballets et des danseurs, dont le commun des mortels ne sait rien. En 2012, à l’instar d’une petite souris, avec pudeur et discrétion, la réalisatrice Françoise Marie a posé sa caméra et son micro dans les locaux de l’école de danse de l’Opéra national de Paris. Ici, sont formés les futurs grands danseurs internationaux avec toute la rigueur et la détermination que cela implique. Ces enfants, Françoise Marie les retrouve cinq ans plus tard : certains ont intégré le corps de ballet de l’Opéra de Paris, d’autres ont dû quitter l’école avant la fin de leur cursus. Une mini-série touchante, sur un monde à part, dans lequel on plonge avec délice et enchantement. Lire notre article dédié.

A voir sur arte.tv jusqu’au 29 juin (12 x 27′)

Vivaldi, Le génie des quatre saisons

Entre reconstitutions et témoignages de musiciens baroques et d’historiens, Arte retrace le parcours fascinant d’Antonio Vivaldi (1678-1741), compositeur parmi les plus joués aujourd’hui. Difficile d’imaginer que Vivaldi a failli mourir quelques minutes après sa naissance. Le réalisateur allemand Günther Klein consacre une biographie à celui que l’on surnomme « le prêtre roux », consacré dans toute l’Europe de son vivant, avant de tomber dans l’oubli et d’être joué de nouveau.

À voir sur arte.tv jusqu’au 1er février (52′)

Sur Netflix

La Chronique des Bridgerton : Gossip Girl au tea time

Une série qui mérite de se regarder enseveli.e sous une tonne de plaids et abreuvé.e par une grande quantité de thé. Dans le milieu aristocrate londonien du XIXe siècle, nous sommes au printemps, l’époque des bals, où jeunes filles en fleurs et jouvenceaux se tournent autour dans l’espoir de construire un beau mariage. L’aînée de la riche famille Bridgerton, Daphné, saluée par la reine elle-même pour sa grande beauté et son raffinement, se voit ainsi promise à un futur d’épouse comblée… C’était sans compter sur une mystérieuse Lady Whisteldown, les yeux et les oreilles du milieu, qui publient des chroniques qui font jaser. Une sorte de mix merveilleux entre Downtown Abbey (pour le british aristo) et Gossip Girl (pour la narratrice anonyme qui adore les potins). Et surtour, elle met en scène des acteurs représentant une large diversité : bravo Netflix. Même diversité pour la musique qui mêle aussi bien Bach et Beethoven, que Billie Eilish, Maroon 5 et Ariana Grande, repris à la sauce classique… Les mélomanes joueront à chercher les anachronismes : les Bridgerton valsent en 1820 sur la Jazz Suite n°2 de Chostakovitch composé en 1938 ! Un bonbon délicieux.

À voir sur Netflix (8 x 60′)

Sur Youtube

Musique investigation : Beethoven à la sauce Elise Lucet

Voilà une vidéo qui plaira aux moins de 30 ans. On sait que l’Insula Orchestra, a à cœur de mettre en avant le digital dans la découverte et la diffusion de la musique classique. Et pour plaire à tous, quoi de mieux que de mêler Beethoven à la culture pop ? Pour Musique investigation, le youtubeur Thomas Baronnet mène son « enquête » sur la 9e symphonie du génie autrichien. Dans un format nerveux, à grand renfort de références millenials, de Kaamelott et d‘Orange mécanique, Thomas Baronnet décrypte le final de la 9e, dite « l’hymne à la joie », et raconte sa composition, son succès et ses influences.

A LIRE ÉGALEMENT notre article « Boléro, le refrain du monde » : un docu à ne pas manquer