Parlophone Records Ltd

PLAYLIST – Le guitariste Thibaut Garcia est parmi les trois nominés dans la catégorie « l’artiste instrumental de l’année » aux Victoires de la musique classique 2021. Avec le succès de son dernier disque consacré au Concerto d’Aranjuez de Rodrigo, il est en bonne position. En attendant les feux des projecteurs, et aussi la reprise des concerts, il nous livre une playlist où Bach côtoie Gilbert Montagné et qui nous embarque sur les routes de l’Espagne de son enfance.

« J’écoute la musique pendant les voyages.… Bon en ce moment comment dire… c’est différent. Je peux donc rester chez moi, mettre un album et l’écouter de manière consciente. C’est rare de s’assoir sur un canapé pour écouter un disque en entier. C’est pour cela qu’on va aux concerts ! »

Une playlist à retrouver sur notre chaîne YouTube et sur Spotify.

Laissons-lui la parole…

Joaquim MALATS : Serenata

« Ida Presti est une guitariste légendaire, morte trop tôt. On n’a d’elle que des vieux enregistrements, notamment en duo, forme qu’elle a beaucoup pratiquée. Les solos sont encore plus rares : dans celui-ci, elle à 13 ou 14 ans, dingue, tant elle maîtrise les choses ! Cette serenata est une pièce typiquement espagnole. Je l’ai déchiffrée mais pas encore joué en concert. Ça viendra…

Johann Sebastian BACH : Les Variations Goldberg

Les Variations Golbgerg sont aussi dans la playlist de Sébastien Daucé ? Ça ne m’étonne pas. Comme beaucoup de mélomanes j’ai été bercé par Glenn Gould et j’avais, comme beaucoup, du mal à m’en défaire. C’est lors d’une discussion à ce sujet avec mon meilleur ami qu’il m’a dit : « écoute la version de Jean Rondeau et tu verras ! ». Il avait raison.

Georg Friedrich HAENDEL : Son nata a lagrimar

Je suis un grand fan de Philippe Jaroussky et c’est en regardant des vidéos de lui que j’ai découvert « par hasard » la voix de Nathalie Stutzmann… Ce mélange des deux voix est fou. Je suis de manière générale très touché par la musique baroque qui est le premier langage « classique » dans le sens de savant. Je suis venu à la musique dite classique (ah je n’aime pas ce mot) par le baroque. Mes parents n’écoutaient de classique que la guitare. Puis, j’ai découvert le baroque Jarrousky bien après, au conservatoire. Jusqu’à récemment je n’étais pas fan de Beethoven… Mais bon, j’ai bien supporté l’année 2020 !

Frédéric CHOPIN : Nocturnes

Je cherchais une version des Nocturnes de Chopin ultra convaincante et en entendant celle de Brigitte Engerer, ce fut foudroyant : « c’est ça » que je veux entendre. Des amis pianiste m’ont dit « Bien sûr ! C’est une référence », je ne le savais pas. Le son et le phrasé incarnent la pudeur et l’agilité. J’aurais pu choisir Alexandre Tharaud (pianiste en compétition contre lui au Victoires 2021, NDLR) dont j’ai beaucoup écouté le Chopin de son Journal intime. Et même Khatia Buniatishvili (aussi contre lui) qui a aussi enregistré Chopin ! Je ne comprends pas pourquoi Khatia est hyper clivante. On critique son image, pas ses qualités de pianistes. C’est une femme qui est belle, qui l’assume, et, pour l’avoir rencontrée, une artiste qui aime vraiment son public.

Des transcriptions de ses nocturnes existent pour la guitare mais je ne suis pas convaincue. Je n’aime pas la musique de Chopin ailleurs qu’au piano. Mozart à la guitare : ça ne fonctionne pas. Beethoven ? Ça dépend, à deux guitares éventuellement. On ne peut pas s’attaquer à tout.

Mercedes SOSA : Alfonsina y el mar

Un air populaire et ancien. Mercedez dal Fonsa l’a chanté toute sa vie et selon les versions, la voix a muri. Quand j’ai fait ma playlist, je me suis aperçu que j’aimais plutôt les sujets tristes (le suicide dans cette chanson, NDLR). J’ai envie d’écouter des morceaux qui me touchent et non qui me mettent la pêche. Pas vous ?

A LIRE ÉGALEMENT : Thibault Garcia signe une version d’anthologie du Concerto d’Aranjuez
Suna ft. Yumi : Les Sunlights des tropiques

Ça au moins ce n’est pas triste, encore que… J’ai découvert récemment le groupe Suna qui fait cette reprise un peu électro Des Sunlights des tropiques, une version qui n’a rien à voir avec l’originale. Mon frère était fan de Gilbert Montagné. C’est encore un peu tristoune en fait : sûr, on ne danse pas dessus.

Elton JOHN : I’m still standing

Allez, au moins une chanson qui donne la pêche. Lors de nos départs en vacances en famille, nous l’écoutions tout le temps. Mon père faisait des compiles sur CD. Je l’avais oublié et je l’ai trouvé dans un film, Rocketman (un portrait de Elton John réalisé par Dexter Fletcher en 2019, ndlr). Chaque été, nous partions en Espagne, dans la famille de mon père. Entre Toulouse et Badajoz dans le sud-ouest du pays, tu as le temps d’écouter de la musique ! On chantait à tue-tête, du rock… car les symphonies de Mahler, même à quatre, sont dures à chanter. Ça fait longtemps que l’on n’a pas fait cela.

Une playlist à retrouver sur notre chaîne YouTube et sur Spotify.