La playlist classique de Lea Desandre, mezzo-soprano

PLAYLIST – Quel est le rapport entre Pierce Brosnan et la mezzo-soprano Lea Desandre ? Vous le saurez en parcourant sa généreuse playlist, qui se balade des montagnes autrichiennes aux ponts de Venise, en passant par une plage de Hawaï.

Lors des dernières Victoires de la musique classique où elle était nommée dans la catégorie « artiste lyrique de l’année », la mezzo-soprano Lea Desandre a chanté un air de comédie musicale. Étonnant ? Pas vraiment quand on découvre que toute sa carrière – et quelle carrière déjà ! – vient de là.

Elle chante Vivaldi et Mozart. Elle a été l’une des plus belles fleurs du Jardin des Voix, académie de jeunes chanteurs du chef baroque William Christie. Elle sera cet été 2021, dans la nouvelle production des Noces de Figaro au Festival d’Aix-en-Provence. La mezzo-soprano Lea Desandre, née en 1993, a déjà un superbe parcours professionnel. Sa playlist est tout aussi riche et généreuse : 13 entrées, pas moins ! On s’y balade, des montagnes autrichiennes à Hawaï, en enjambant les ponts vénitiens. Pour Lea Desandre, les paysages sont comme les textes des chansons : des ingrédients essentiels et non secondaires. Laissons-lui la parole…

Retrouvez cette playlist sur notre chaîne YouTube et sur Spotify
Richard ROGERS – The Sound of Music

« Si je devais résumer ma vie en une pièce musicale, ce serait cette scène de The Sound of Music  (La Mélodie du bonheur, NDLR), qui a chamboulée ma vie. Il s’agit de l’ouverture du film : Maria est au milieu de la nature, elle chante la liberté, la musique, le silence et la beauté. Ce film a bercé mon enfance et m’a donné envie de chanter et danser. Je l’ai vu 50 fois et tout résonne : le personnage de Maria, comme l’environnement montagnard du Tyrol du côté de Salzbourg (Autriche). Quand j’ai été programmée au festival de Salzbourg pour la première fois, j’ai suivi les pas de Julie Andrews, sur les lieux du film. Je me sens bien dans cette ville. Aujourd’hui, je ne saurais dire si j’avais déjà tout cela au fond moi ou si le film a fait de moi ce que je suis. Ce serait un de mes rêves de chanter ce rôle. J’espère ne pas mourir avant de l’avoir fait.  

Israel KAMAKAWIWO’OLE (IZ) – White Sandy Beach

J’ai découvert ce morceau dans une playlist « bruits de la natures ». IZ est un chanteur de Hawaï qui s’est enregistré en une prise avec un simple micro sur sa plage, au ukulélé. Face à l’océan, sur sa chaise, il parle de son île natale qui lui est plus chère que tout. Le contraste entre le côté un peu dramatique de sa solitude et sa voix angélique est sublime.  

Grand Corps Malade – Rencontres

Un artiste que j’écoute régulièrement et avec qui je rêve de collaborer. Une voix d’une profondeur sans filtre, qui raconte toute son histoire. Des textes bouleversants, beaucoup de rythmes et de pulsations cardiaques dans ses chansons… Rien qu’en l’entendant parler, on sent ce qu’il a traversé. J’aime que des artistes actuels cherchent des textes complexes. J’éprouve beaucoup d’empathie envers lui.

Antonio VIVALDI – Qui sedes (Gloria)

Ma rencontre avec la contralto Sara Mingardo fut fondatrice. C’était à la fin d’un concert pendant lequel elle chantait ce Vivaldi. Ce timbre riche, profond, m’a chamboulée. Je suis partie vivre à Venise pour travailler avec elle et aussi rechercher Vivaldi ! Cette ville donne une compréhension de sa musique : le Vivaldi du carnaval comme celui de Venise déserte, le balancement de l’eau dansant dans les canaux… Une balade en novembre à 18 heures, sous la brume, avec le bruit des sirènes (des cloches à l’époque de Vivaldi !) qui préviennent de l’Acqua Alta. Pendant ces six mois d’Erasmus, Sara m’a prise sous son aile. Nous parlions de la vie, comme de musique ancienne. Elle m’a beaucoup donnée, sans attendre en retour. Sept ans plus tard, j’enregistrais le disque Vivaldi avec l’ensemble Jupiter.

À LIRE ÉGALEMENT : Lea Desandre et Thomas Dunford : magnifique duo d’amours baroques
Mauro MALAVASI – Pianissimo

Là, je fais appel à mes origines italiennes, du côté de mon père ! Cette pièce est parue pendant le deuxième confinement. Je l’écoutais en allant aux répétitions d’Hippolyte et Aricie de Rameau, entre le théâtre de l’Opéra Comique et chez moi, en passant par les Tuileries. Une longue balade seule dans le froid. Cette pièce incarne l’Italie, avec sa couleur d’antan, désuète, vintage. Avec la force des traditions, la douceur des paroles, la vocalité de la langue. Et les voix, magnifiques toutes les deux, d’Andrea Bocelli et Cecilia Bartoli…

John BARRY The John Dunbar Theme (Dances with Wolves)

C’est LA musique du trajet en voiture vers l’Italie, au moment des vacances en famille. Mes parents travaillent dans le cinéma (mon père est distributeur et ma mère exploitante) et nous avons écouté beaucoup de musiques de film. Le cinéma est mon quotidien, qu’il s’agisse des films cultes en noir et blanc, comme les blockbusters.

The Carpenters – Close to You

La musique actuelle ne me donne pas assez de textes que j’aime. J’ai découvert ce morceau adolescente, grâce à ma mère. Les paroles peuvent paraître « gnangnan» mais j’aime quand ça parle de choses positives et que ça fait rêver. Les années 70 incarnent une esthétique musicale, architecturale et une mode qui me touchent. J’aime la poésie des textes de l’époque.

ABBA – The Winner Takes it All (Meryl STREEP et Pierce BROSNAN, Mamamia)

Encore l’aliance du cinéma, du texte et de la musique ! Meryl Streep est une des plus grandes artistes du cinéma. Les failles qu’on entends dans sa voix sont au service du texte : c’est très fort. Pour moi c’est l’envie des mots et de les partager qui fait qu’on parvient à cette transmission avec le public. Et puis, il est difficile ne pas être sensible au charme de Pierce Brosnan. Je l’ai rencontré une fois au bord de la piscine torse nu… je dois avoir une photo de ce moment quelque part !

Henry PURCELL – When I Am Laid (Dido and Aeneas)

Ma « rencontre » avec l’opéra Didon et Énée de Purcell s’est faite lors d’un concert des Arts florissants. Ce fut un moment fondateur. J’en suis sortie bouleversée. Le lendemain William Christie et les chanteurs donnaient une conférence. Une des chanteuses était malade. Le maestro demande alors si quelqu’un souhaite chanter dans la salle. Je travaillais la Lamentation de Didon à ce moment-là, et ma mère, qui était avec moi, est à deux doigts de me faire lever ! Je luis prends alors la main et lui dis : « pas tout de suite,maman, mais t’inquiète pas, un jour…. ». Par la suite j’ai fait partie du Jardin des Voix de William Christie, et ça a changé ma vie.

Barbara – Elle vendait des p’tits gâteaux

Toutes mes playlists ont du Barbara, pour le réalisme des textes notamment. Pour une fois, ce n’est pas une chanson triste. Je la mets avec des amis quand on fait des pique-niques, pour rigoler.

Christoph Willibald GLUCK – Alceste

Je suis allée écouter Véronique Gens dans Alceste en 2015 à l’Opéra Garnier. Elle jouait sa vie sur le plateau. Un choc. Je ne connaissais pas Gluck mais depuis j’adore . Je cherchais un enregistrement pirate de cette pièce et je suis tombée sur cette version magnifique. Il y a aussi la version de La callas en italien. Ces trois chanteuses ont en commun d’être des diseuses tout en ayant des émissions vocales très différentes. Je suis touchée dans tous les cas.

Richard ROGERS – Bewitched, Bothered, and Bewildered

Cette chanson d’Elle Fitzgerald, à la voix incroyable, comme un puis sans fond, avec une technique extraordinaire, me rappelle mes années d’études, quand je faisais la route avec les amis d’Opera Fuoco. Sofia Stern l’avait chanté à l’occasion d’une master-classes. Ce sont vraiment de bons souvenirs.

Serge REGGIANI – Le temps qui reste

Il n’y a rien à dire, juste écouter le texte : gouter chaque jour de la vie la chance d’être en vie. J’aimerais ne pas avoir peur quand la mort va arriver. J’ai tendance à croire qu’une belle vie fait une belle mort. »


Retrouvez cette playlist sur notre chaîne YouTube et sur Spotify