© Monika Rittershaus

On regarde quoi cette semaine ?

NOUVEAUX FORMATS – La musique classique est partout, ou presque ! Chaque semaine, on scanne sa présence sur les écrans (télévision, VOD, YouTube…). Retrouvez les programmes sélectionnés par la rédaction et diffusés du 27 mars au 2 avril.

À la télévision
Mozart à la Havane, ça dépote !

Y aurait-il un lien entre Mozart et La Havane ? Passant outre les cultures et les époques, c’est ce que donne à entendre la Britannique Sarah Willis, corniste à l’Orchestre philharmonique de Berlin, également grande passionnée de musique cubaine. Avec le jeune Havana Lyceum Orchestra, elle s’est lancée en 2020 dans le projet Mozart y mambo. Ensemble ils décident de faire se rencontrer le Concerto pour cor n° 3 et la Sérénade n° 13 pour cordes en sol majeur du compositeur avec les rythmes traditionnels de Cuba. Le cocktail est détonnant, on est conquis. Le concert complet est à voir dimanche sur Arte.

Sur Arte, dimanche 28 mars à 18h55 (43′) puis sur Arte.tv
EN REPLAY
Parole aux Damnés de la Commune

Entre le 18 mars et le 28 mai 1871, une fièvre s’est emparée de Paris. Une révolution comme nous en avons connues de nombreuses, mais qui occupe une place à part dans notre histoire, par la répression sanglante qui la fit taire. Ce sont au total 20 000 personnes qui périrent en quelques jours. Grand élan de libération populaire, avancées des droits des femmes, expérience politique inédite, répression implacable : on peut penser que tout a été dit sur la Commune de Paris. Mais dans un documentaire à revoir sur Arte, Raphaël Meyssan donne la parole aux « damnés » de la Commune. Cette adaptation des trois tomes de son roman graphique éponyme, inspiré de centaines de gravures parues dans les journaux et livres de l’époque, est le fruit de huit ans de recherche d’archives. Le résultat est riche d’informations, rendu limpide par le réalisateur au travers du récit de Victorine, une femme qui prend part à cette révolte. (Lire notre article dédié).

Sur Arte.tv (88′)
En streaming
Le Piano Day est de retour

Le Piano Day ? Littéralement, jour du piano. Une journée consacrée à cet instrument mi-corde, mi-clavier ? Bien joué ! Créé à l’initiative du compositeur et pianiste Nils Frahm, le Piano Day se tient le 29 mars, soit quatre-vingt-huit jours après le début de l’année… comme le nombre de touches sur un piano ! Cette deuxième édition sera diffusée lundi 29 mars à 20 heures sur le site d’Arte Concert. Pour l’occasion, ses équipes investissent le Théâtre de l’Épée de bois à la Cartoucherie de Vincennes, pour faire résonner le son du piano dans plusieurs de ses espaces. Au programme : Alexandre Kantorow, Macha Gharibian, Sofiane Pamart, Étienne Jaumet et Fabrizio Rat, ainsi que Françoiz Breut et Marc Melià.

L’édition 2020 du Piano Day est encore disponible sur YouTube

Lundi à 20 heures, sur Arte Concert.
LIRE ÉGALEMENT « À la Philharmonie de Paris, le récital poétique et romantique d’Alexandre Kantorow »
L’Opéra chez soi met l’ombre en lumière

Qui sont ceux qui se cachent derrière vos concerts, spectacles et opéras préférés ? Inconnus du public et pourtant indispensables, des milliers de techniciens, artistes et artisans travaillent dans l’ombre pour continuer à nous faire rêver. Erik Orsenna de l’Académie française et France Info ont créé ensemble L’Ombre en lumière, une mini-série sous forme d’entretiens, tournée à l’Opéra Garnier, où les stars de la culture nous présentent ceux sans qui il n’y aurait pas de spectacle.

Sur Opéra chez soi (16 x 4′)
Sur YouTube
Pourquoi entendons-nous de la musique classique dans les publicités ?

Les Noces de Figaro pour du fromage, Maria Callas pour du café… mais aussi des pâtes, de la mayonnaise… Nous sommes mitraillés par les publicités, notre regard sans cesse attiré par des écrans qui n’ont qu’un seul but : nous pousser à la consommation. Et même la musique classique peut soudainement se transformer en argument marketing. Alors, pourquoi les publicitaires utilisent-ils de la musique classique pour faire vendre ? Quels messages se cachent derrière ? Guillaume Benoit, alias Révisions nos classiques, absent depuis bientôt un an de YouTube, proposait avant de se mettre en pause, ce nouveau format de vidéos. Celle consacrée à la nourriture étant le premier épisode… peut-être aurons-nous droit à une numéro deux ?

À voir sur YouTube (12′)