© Simon Fowler

PLAYLIST – La contralto Nathalie Stutzmann vient d’être nommée cheffe principale invitée de l’Orchestre de Philadelphie, à partir de la saison 21/22. Une consécration pour cette artiste, tout en discrétion et élégance, qui trace un sillon magnifique et rare dans le paysage musical classique. Voici sa playlist, en exclusivité.

Une playlist à retrouver sur notre chaîne YouTube et sur Spotify

Nathalie Stutzmann dit qu’en « découvrant la voix de Kathleen Ferrier, ce fut comme une évidence ». Qu’enfin elle pouvait aimer le timbre de voix si particulier qui était le sien, et en faire son instrument de travail. De fait, sa voix est exceptionnelle, à la fois grave – vraiment grave ! – et chaude, avec une grande aisance dans le médium.

Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter son dernier disque, Contralto (Erato), consacré au répertoire, si agile et difficile, des castrats. Sa voix danse et virevolte, faisant fi des difficultés techniques et expressives. Vous remarquerez aussi, à l’écoute du disque, une oxygénation constante entre l’orchestre et la soliste. Tout simplement car la soliste… est aussi la cheffe ! Elle est même à la tête de son propre orchestre, Orfeo 55, qui a malheureusement dû cesser ses activités, en raison du contexte que vous connaissez.

LIRE ÉGALEMENT « Nathalie Stutzmann sort les héros de l’ombre »
Contralto… et cheffe

Mais cette capacité à être chef, à mener un orchestre pour exprimer une musicalité généreuse et multiple, elle la met à profit en tant que cheffe principale de l’Orchestre symphonique de Kristiansand (Norvège) et cheffe principale invitée de l’Orchestre symphonique de la radio-télévision irlandaise. Sans oublier sa nomination récente comme cheffe principale invitée du l’Orchestre Philharmonia (Londres). Sir Simon Rattle, l’immense chef d’orchestre britannique, dit même à son sujet : « Nathalie, c’est vraiment quelqu’un. Tant d’amour, d’intensité, et une technique si fine ! Il nous faut plus de chefs comme elle ! »

Et sa playlist, dans tout ça ? Elle est nourrie d’écoute de disques, en voiture ou chez elle. Ses goûts sont plutôt romantiques, à la recherche des sonorités amples, larges et profondes, mais aussi sur le fil de la sensibilité. Laissons-lui la parole…

Edward ELGAR, Concerto pour violoncelle

« J’aimerais commencer cette playlist par un morceau essentiel pour moi, dont chaque note me bouleverse : le Concerto pour violoncelle d’Elgar, mais attention, pas par n’importe qui. En l’occurrence la violoncelliste Jacqueline du Pré, ce génie absolu, l’instrumentiste à cordes que je préfère :


Johann-Sebastian BACH, Capriccio de la Partita n°2 BWV 826

Martha Argerich est vraiment aussi une de mes grandes idoles et particulièrement quand elle joue Bach. J’adore ce capriccio qu’elle joue très souvent en bis. Très proche du jazz, il est plein d’énergie.


Harold ARLEN, Somewhere Over the Rainbow

Ella Fitzgerald est une des plus belles voix grave du jazz et de l’histoire de la chanson. Cette chanson me fait toujours rêver. J’adore cette femme et son interprétation.


Johannes BRAHMS, Intermezzo en si mineur Klavierstücke op. 119

Les pièces de Brahms pour piano interprétées par la pianiste suédoise Inger Södergren sont extraordinaires. La profondeur de son Opus 119 (quatre pièces pour piano, NDLR) me fait pleurer chaque fois que je l’entends. C’est une interprétation unique, avec une sonorité absolument rare.


Ludwig van BEETHOVEN, Intégrale des quatuors à cordes

C’est un coffret que j’ai un peu partout, dans la voiture ou ailleurs, et que j’écoute régulièrement. Quel que soit le quatuor choisi, c’est vraiment une base de la musique qu’il faut avoir et écouter.


À lire également : La playlist de Thibaut Garcia, guitariste… qui cite Nathalie Stutzmann
Richard STRAUSS, Vier letzte Lieder (les Quatre Derniers Lieder)

Lise Davidsen est une des meilleures sopranos actuelles à mon goût, Le fait qu’elle soit Norvégienne me rappelle mon orchestre en Norvège, et elle interprète une de mes œuvres préférées pour soprano, les Quatre Derniers Lieder de Richard Strauss.


Wolfgang Amadeus MOZART, Messe en do mineur

Cet enregistrement, avec Ileana Cotrubas, Kiri Te Kanawa, Werner Krenn et Hans Sotin est ancien mais c’est avec lui que j’ai découvert cette messe extraordinaire de Mozart, un peu moins connue que le Requiem mais tout aussi belle.

Une playlist à retrouver sur notre chaîne YouTube et sur Spotify