Écoutez le cinéma : le livre exceptionnel de vingt ans de musiques de films

MUSIQUE DE FILM – Depuis vingt ans, la collection Écoutez le cinéma révèle de grands compositeurs et de magnifiques pages de musique… la plupart jamais entendues « à l’écran ». Un anniversaire qui se fête par la publication d’un magnifique livre-disque.

Écoutez le cinéma ! Un titre simple, efficace et évocateur pour une collection de musiques de films mythique et qui célèbre aujourd’hui ses vingt ans au travers d’un magnifique livre-disque. Vingt ans d’une passion sans faille pour la musique à l’image qui a permis des premières éditions au disque de milliers d’heures de musique jamais sorties des salles obscures. Vingt ans du travail acharné d’un producteur passionné, Stéphane Lerouge qui raconte : « C’était il y a vingt ans, au tournant de deux siècles. À cette époque, la musique de film française des années 60-70 constituait un continent englouti… Un monde était à reconstruire, une mémoire à réinventer. »

À cette époque, la musique de film française des années 60-70 constituait un continent englouti… Un monde était à reconstruire, une mémoire à réinventer

Stéphane Lerouge, fondateur d’Écoutez le cinéma
Pas seulement du Made in France….

Une profession de foi largement concrétisée. Pour la première fois, le public a pu entendre au disque les musiques de Philippe Sarde, François de Roubaix, Georges Delerue, Maurice Jarre, Michel Legrand, Michel Magne, Éric Demarsan et tant d’autres. Et de la profession de foi très frenchy des débuts, on a vu petit à petit la collection s’enrichir des partitions de Lalo Shiffrin, Nino Rota, Ennio Morricone, Howard Shore, John Barry ou encore Quincy Jones. Bref, simplement les plus grands.

Deux CDs accompagnent ce livre, compilation idéale et résumé parfait du travail de ces vingt années, à l’exception peut-être de l’absence étonnante de Francis Lai, pourtant l’un de nos rares compositeurs français oscarisé (pour Love Story en 1970) et de Claude Bolling, pourtant tous deux bien présents au sein de la collection.

LIRE ÉGALEMENT : Notre interview exclusive d’Howard Shore
Universal Music

L’originalité d’Écoutez le cinéma tient aussi dans ses livrets qui contiennent des interviews passionnantes de cinéastes et de compositeurs, de vrais trésors pour les cinéphiles et les BO-philes . Ces interviews sont compilées dans ce livre-disque anniversaire et nous entraine dans les coulisses passionnantes mais aussi croustillantes des productions de musiques de films.

Comme par exemple ce témoignage de Bertrand Blier sur le choix de Stéphane Grapelli pour le célèbre thème des Valseuses : « La présence de Grapelli a surpris beaucoup de monde. À commencer par les comédiens, Miou Miou, Dewaere et Depardieu. Quand je leur parlais de Grapelli, en leur précisant son pedigree, je me faisais huer « Quoi, du jazz ? ça va être ringard ! ». Quand ils ont vu le film, ils sont restés sur le cul. (…) Du jazz swing en tempo rapide sur deux types qui cavalent la nuit, ça vitamine vachement la situation. (…) Cette musique c’est la pudeur de deux voyous, leur tendresse, ce qu’ils ne disent pas. Le violon de Stéphane leur aménage un coin de ciel bleu. »

Un métier méconnu et dédaigné

Des anecdotes comme celles-ci, ce livre en regorge, la plupart étant  des témoignages des réalisateurs sur la collaboration avec leur compositeur : se dessine alors le pouvoir énorme d’une bande originale sur des images, sur ce métier de compositeur pour le cinéma si méconnu et pourtant qui parle à tous car nous avons tous finalement notre musique de film favorite, qui se fredonne, avec ou sans les images.

L’alchimie complexe de ces créations musicales à la fois mystérieuses et populaires trouve dans ces interviews un éclairage nouveau. Au gré de ces témoignages, de ces recherches et tâtonnements apparaît soudain une évidence : celle de l’apport inouï de l’abstraction musicale au concret des images. Philippe Sarde se définit lui-même comme un « scénariste musical », une formule qui résume assez bien ce métier de l’ombre qui n’existait bien souvent que le temps d’une projection et devait faire souvent face à un certain dédain de leurs collègues, compositeurs de musique dite « savante ».

Cette erreur est en train d’être réparée grâce, entre autres, à ce label. « Écoutez le cinéma : lisez-le désormais », tel est le credo réussi de ce livre-disque.

Pourquoi on aime ?

Parce que réunir sur un double album les plus belles musiques du cinéma et avec des remastering de cette qualité, c’est quand même pas si souvent.

C’est pour qui ?

Pour ceux qui cherchent à (re)découvrir les musiques des films d’un âge d’or, comme pour les collectionneurs plus chevronnés, cette collection est faite pour tous.

Vous aimerez aussi

Les albums de cette collection déjà chroniqués ici… Once upon a time… Ennio Morricone et Musiques de film : Bebel en mode Majeur