© Lyodoh Kaneko

La playlist classique de Nicolas Baldeyrou, clarinettiste

PLAYLIST – Nicolas Baldeyrou est Première clarinette solo de l’Orchestre philharmonique de Radio France. Sa playlist révèle son amour pour la musique ample et majestueuse, portée par des instrumentistes et chefs d’orchestres charismatiques.

Une playlist à retrouver sur notre chaîne YouTube et sur Spotify.

Enfant, le jeune Nicolas Baldeyrou découvre la clarinette grâce à un disque de Christian Morin, qu’écoute sa maman. S’en suit un parcours classique mais brillant : Conservatoire du Kremlin-Bicêtre, Conservatoire de Saint-Maur-des-Fossés puis, à l’âge de 14 ans, Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, dans les classes de Michel Arrignon et Jérôme Julien-Laferrière. Depuis 2011, il est Première clarinette solo de l’Orchestre philharmonique de Radio France.

Et comme la vie sans humour – euh, pardon… sans musique – serait une erreur, il propose sur les réseaux sociaux, depuis début 2020, des vidéos musicales hilarantes, qui montrent une parfaite maîtrise du seconde degré et de la virtuosité instrumentale.

Et sa playlist, dans tout ça ? Sans clarinette, preuve d’une grande ouverture d’esprit. Par contre, du grand répertoire, des grands interprètes, des copains et beaucoup de charisme… Mais laissons-lui la parole…


Sergueï Vassilievitch RACHMANINOV, Moment musical n°4

“J’ai toujours adoré écouter Nikolaï Lugansky jouant Rachmaninov. Il est un des rares pianistes sachant allier le romantisme échevelé de cette musique avec une rigueur et une pudeur qui rappellent les enregistrements du compositeur lui-même. Cette interprétation live du 4e Moment musical est un véritable bijou.


Antonio VIVALDI, concerto pour hautbois en la mineur RV 461

Alfredo Bernardini fait partie de cette génération d’instrumentistes baroques à la fois excellents musicologues et merveilleux instrumentistes. Ses enregistrements de Vivaldi ont à mon sens été une révolution, tant dans l’approche des phrasés, de l’ornementation que dans les choix des orchestrations. Attention, je ne valide pas du tout la cravate par contre.


Johann Sebastian BACH, Chaconne de la Partita n°2 pour violon

Extraordinaire violoniste russe vivant à Londres, Alina Ibragimova est l’une des rares à mener de front une carrière de soliste et de chambriste à la fois en moderne et en baroque. Imaginez qu’elle a électrisé le Royal Albert Hall durant les Prom’s avec un récital Bach violon seul ! Son quatuor sur cordes et archets d’époque, le Quatuor Chiaroscuro, ainsi que son duo avec Cédric Tiberghien, sont non moins exceptionnels.


Henri TOMASI, Variations grégoriennes sur un Salve Regina

Le trompettiste David Guerrier est sans doute l’un des plus incroyables musiciens de notre époque. Ce garçon a une culture musicale encyclopédique et une curiosité insatiable. Il mène de front une inédite double carrière internationale de trompettiste et de corniste, tout en se lançant régulièrement de nouveaux défis, comme apprendre le violon, le chant ou la direction d’orchestre. Cette version des trop rares variations grégoriennes de Henri Tomasi, avec Jean-Baptiste Robien à l’orgue de la cathédrale d’Évreux, est un joyau !


Nathalie Stutzmann, Thibaut Garcia, Amélie Nothomb… se sont aussi prêtés au jeu de la playlist Classique mais pas has been ! Retrouvez-les ici.

Camille SAINT-SAËNS, Les Cloches de Las Palmas, 4ème des 6 études op. 111

Bertrand Chamayou est l’un des pianistes de sa génération les plus reconnus internationalement et c’est une merveilleuse nouvelle. Au-delà de sa technique transcendante, Bertrand est surtout un musicien d’une poésie et d’une intelligence rares. L’art de découvrir des répertoires oubliés, de proposer des couplages inédits, de savoir s’entourer de musiciens à son image sans aucune logique médiatique. Un talent pur à savourer dans toute sa diversité et sans modération !


Dmitri Dmitrievitch CHOSTAKOVITCH, 2e mouvement (Allegro) de sa 10e symphonie 

Gustavo Dudamel est indéniablement l’un des chefs les plus charismatiques et électrisants de la scène internationale, ce qui n’exclut pas une profondeur et un fond tout simplement étonnants en répétition. Le travail qu’il a effectué avec le Simon Bolivar Youth Orchestra (SBYO) laisse pantois, Je vous laisse savourer l’énergie suffocante,  la qualité de la pulsation, la tragédie dégagées par ce live, qui rivalise avec les meilleures versions de cette 10e symphonie.”


À lire également : Gustavo Dudamel nommé directeur musical de l’Opéra de Paris

Une playlist à retrouver sur notre chaîne YouTube et sur Spotify.