©Edouard Brana

Olivier Mantei nommé directeur de la Philharmonie de Paris

ACTUALITÉ – Pierre angulaire du milieu musical classique français, le brillant Olivier Mantei ajoute à son actif la plus belles des casquettes dont puisse rêver un programmateur musical : la direction de la Philharmonie de Paris. Une nomination aussi plaisante qu’inattendue

Sur proposition de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot et en accord avec la maire de Paris, Anne Hidalgo, le président de la République a nommé Olivier Mantei directeur de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris, a annoncé dans un communiqué le ministère de la rue de Valois, ce mercredi 28 avril.

Actuel directeur général de l’Opéra Comique, il prendra ses fonctions le 1er novembre pour un mandat de cinq ans, succédant à l’emblématique Laurent Bayle, véritable bâtisseur du projet et pilote des premières années de la Philharmonie de Paris. Cette nomination est une très bonne nouvelle pour le milieu musical parisien, qui profitera de l’expérience et de l’audace de Mantei.

Une nomination discrète et efficace

Cette nomination s’est faite rapidement et discrètement, à l’exact opposé de celle d’Alexander Neef à la tête de l’Opéra de Paris (un poste pour lequel Mantei avait pourtant postulé mais qui lui avait echappé) ! Cette fois-ci, à l’issue de la Symphonie pour la vie, organisée à l’Opéra Comique il y a exactement trois mois, le 28 janvier dernier, les tutelles l’ont approché pour qu’il se positionne pour prendre la suite de Laurent Bayle.

D’abord étonné, il a ensuite remis, il y a environ trois semaines, un projet qui fait la part belle aux actions musicales, artistiques et pédagogiques, tournées vers la jeunesse, dans une pensée totalement inclusive et défendant un lieu de vie et de culture pour tous. Il privilégie également une vraie stratégie de développement à l’international, dont l’Orchestre de Paris sera l’un des fers de lance.

Ce passionné du théâtre musical pourra également s’appuyer sur ce magnifique complexe, doté de trois salles, pour développer le concert augmenté, en collaboration avec des plasticiens, des designers numériques ou sonores ou encore des chorégraphes.

Il privilégie également une vraie stratégie de développement à l’international, dont l’Orchestre de Paris sera l’un des fers de lance.

Un parcours entre public et privé

Olivier Mantei, 56 ans, avait déjà fait les grandes heures du théâtre des Bouffes du Nord, dont il est le co-propriétaire. Tout en dirigeant la salle Favart, il a récemment acquis, avec Olivier Poubelle et Bernard Le Masson, le théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet (Paris), sans oublier son importante implication dans la programmation du Festival de l’Abbaye de Lessay (Manche). Un homme conjuguant avec talent investissement culturel privé et direction d’établissements publics. Olivier Mantei quittera l’Opéra Comique et n’occupera aucune fonction dans les théâtres des Bouffes du Nord et de l’Athénée.

Après des études supérieures de lettres et de musicologie, Olivier Mantei a été administrateur de plusieurs formations musicales, dont le chœur Accentus, dirigé par Laurence Equilbey, et La Chambre philharmonique, d’Emmanuel Krivine. Il est l’un des créateurs de la Fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés (Fevis), qui défend les structures et artistes qui se consacrent aux répertoires anciens et contemporains.

Nommé directeur adjoint de l’Opéra Comique en 2007, il en assure la direction générale depuis 2015. On lui doit notamment le développement du rayonnement international de l’établissement, et une importante politique d’ouverture et d’accessibilité.   

Quels projets pour la Philharmonie ?

Son projet artistique et culturel vise à faire de l’établissement public « un lieu de vie, accessible et exemplaire en termes d’inclusion et d’ancrage territorial », indique le ministère de la Culture. Olivier Mantei propose « une politique de programmation ouverte à toutes les esthétiques musicales, pour conjuguer proximité et excellence. Il souhaite s’appuyer sur l’Orchestre de Paris et ses chœurs pour développer le rayonnement national et international de l’établissement, tout en restant exigeant et singulier sur le choix des œuvres du répertoire et de la création contemporaine. »

Vingt ans après l’ouverture de la Cité de la musique et six ans après celle de la Philharmonie, Olivier Mantei pourra notamment s’appuyer sur la Philharmonie des enfants. qui ouvrira le 29 septembre.