On regarde quoi cette semaine ?

NOUVEAUX FORMATS – Concerts, séries, vidéos… On regarde quoi cette semaine ? Du classique bien sûr. Retrouvez les programmes sélectionnés par la rédaction, et à voir, du 1er au 7 mai.

L’hommage d’Arte à Christa Ludwig

La mezzo-soprano allemande Christa Ludwig est morte le 24 avril dernier à l’âge de 93 ans. La chanteuse a marqué de son empreinte le monde lyrique du XXe siècle, aussi à l’aise sur les scènes d’opéra que dans des récitals. Depuis sa disparition, le monde de la musique rend hommage à sa grande et longue carrière. Arte a choisi de diffuser son concert donné à Tel Aviv en 1972, où elle interprète Le Chant de la terre de Gustav Mahler, accompagnée du ténor René Kollo et de l’Orchestre philharmonique d’Israël, sous la direction de Leonard Bernstein,

Sur Arte Concert (1h07)

Sur Netflix, un animé consacré à la musique classique

La musique classique a une grande place dans les films d’animation japonais, les plus connus en France étant certainement ceux du studio Ghibli (Le Voyage de Chihiro, Le Château ambulant, Princesse Mononoké), dont les bandes originales sont principalement signées de la baguette du compositeur Joe Hisaishi. Your Lie in April, série disponible depuis 2018 sur Netflix – mieux vaut tard que jamais pour la regarer hein… – est un animé poétique, qui raconte la rencontre entre deux adolescents : Kaori Miyazono, une jeune violoniste prodige du violon, et Arima Kosei, petit génie du piano, qui a totalement délaissé l’instrument à la mort brutale de sa mère. Une belle histoire d’amour et d’amitié qui prend forme dans un univers mélancolique imprégné de la musique des plus grands compositeurs, Beethoven, Kriesler, Saint-Saëns, Chopin et tant d’autres… et des magnifiques cerisiers japonais.

Sur Netflix.

Identités connectées : s’interroger sur nos identités mouvantes

Magnifique surprise qu’est Identités connectées, spectacle donné au musée du Quai Branly, mi-avril, autour d’une œuvre de la compositrice mexicaine Diana Syrse, 37 ans. Mis en scène par Aleksi Barrière et le chef d’orchestre Clément Mao-Takacs qui dirige le Secession Orchestra, Identités connectées interpelle le spectateur sur le concept mouvant d’identité. À l’heure où certaines personnes tentent de faire croire que l’identité est un concept figé, au risque de fracturer nos sociétés, le concert-spectacle Identités connectées apporte le plus beau des démentis. Entre jeux de lumières et musiques et chants inspirés des traditions sud-américaines, ce beau spectacle est un hommage aux différents métissages et ne cesse de faire le parallèle entre nos identités plurielles. (F. R.) (lire notre article dédié)

Sur Youtube (1h07).

Etre compositrice au XXIe siècle, c’est comment ?

1% des œuvres jouées sont des œuvres de compositrices… 10% des compositeurs actuels sont des femmes… Bon, et avec ça, on pourrait rajouter d’autres données sur les inégalités entre les genres histoire de bien nous plomber le moral. Que nenni, réjouissons-nous plutôt, du travail d’artistes aussi talentueux et importants que, Lise Borel, par exemple. La compositrice raconte au micro de France Musique son processus créatif, et les difficultés que l’on peut rencontrer à évoluer dans un milieu extrêmement masculin. C’est passionnant, comme d’habitude.

A voir sur YouTube (7′).