© Alpha Classics

Disque : les derniers feux du romantisme brahmsien

DISQUE – L’altiste Miguel Da Silva, le violoncelliste Xavier Phillips et le pianiste François-Frédéric Guy nous font entrer dans l’intimité de la musique de chambre de Brahms dans un superbe disque aux accents fougueux et mélancoliques paru chez Alpha Classics. 

Parfois sans s’y attendre un disque nous saisit et ne nous lâche plus. Cela peut tenir à pas grand chose, comme une prise de son qui capte le souffle des musiciens ou un choix judicieux dans l’ordre des œuvres interprétées. C’est le cas avec cet album intimiste et réjouissant.

Johannes Brahms (1833-1897) était au crépuscule de sa vie et avait renoncé à composer quand la rencontre avec le clarinettiste Richard Mühlfeld lui inspira quelques-unes de ses plus belles œuvres de musique de chambre : le trio pour clarinette, violon et violoncelle op. 114 (1891) et les deux sonates pour clarinette et piano op.120 (1894). Brahms transcrit ensuite ces pièces pour l’alto pour son ami Joseph Joachim.

C’est avec le trio, ce mélange paradoxal de fougue et de mélancolie, que Miguel Da Silva, Xavier Phillips et François-Frédéric Guy ouvrent ce très beau disque. Cette œuvre propulse tout de suite l’auditeur dans la musique du dernier Brahms, empreinte d’élan romantique. 

LIRE ÉGALEMENT : “Sonates de Brahms : un disque (trop) parfait”
Osmose entre les musiciens

Puis, les musiciens nous guident dans les méandres plus secrets et mystérieux des deux sonates, qui, sans totalement abandonner cet élan lyrique typiquement brahmsien, dessinent aussi un portrait plus intime et sombre du compositeur. 

Ce disque est un bijou de musique de chambre, dont le succès repose sur l’osmose entre les musiciens et l’abandon avec lequel ils se livrent totalement à cette musique. L’émotion émerge naturellement de cette mise à nue sincère et ardente qu’osent Miguel Da Silva, Xavier Phillips et François-Frédéric Guy. 

Pourquoi on aime ?

  • Pour les élans lyriques et la mélancolie de Brahms
  • Pour la complicité entre ces trois grands musiciens, qui jouent avec sensibilité et subtilité
  • Pour la prise de son, si proche des interprètes, qu’elle nous fait entendre leur souffle

C’est pour qui ?

  • Pour les amoureuses et les amoureux de l’alto, cet instrument à corde mal-aimé, au son grave, rond et chaud
  • Pour les âmes romantiques, mélancoliques et passionnées, que ce bel album fera vibrer

Vous aimerez aussi