© Gérard Proust

La playlist de La Grange de Meslay

PLAYLIST – De Sviatoslav Richter à Nelson Goerner, des pianistes d’exception ont fait les grandes heures de la Grange de Meslay. Retrouvez-les dans une playlist commentée par Danielle Mommeja, présidente de l’association des Fêtes musicales en Touraine.

En 1964, Sviatoslav Richter fait résonner son piano dans la ferme de Meslay (Tours) et inaugure ainsi la première édition des Fêtes musicales en Touraine devenu festival de la Grange de Meslay. Nombreux sont les grands musiciens qui ont imprégné cette grange datant du XIIIe siècle et à l’acoustique particulière. Retour sur les moments musicaux les plus marquants du festival avec Danielle Mommeja, présidente de l’association des Fêtes musicales en Touraine.

Sviatoslav RICHTER  

Festival devenu incontournable, La Grange de Meslay naît en 1964 grâce à Sviatoslav Richter, maître du piano. Ce témoignage émouvant souligne le foisonnement musical dont il a été le pivot. Il dirige ici J. S. Bach de son piano. Celui qui est souvent décrit comme fermé et bourru, est là, tour à tour concentré, souriant, amusé et admiratif de l’interprétation des musiciens qui l’entourent.

Leif Ove ANDSNES

Je me souviens avoir eu le privilège d’accueillir à La Grange de Meslay, en 2016, le grand pianiste norvégien : Leif Ove Andsnes. Au moment où il entre dans la grange, une grande émotion s’empare de lui. Alors que le piano vient d’être posé sur la scène et accordé, il ne peut pas attendre et s’empresse de jouer dans la salle vide. Quelques regards pour capter le retour du son et l’allégresse du pianiste illumine la Sonate no. 18 de Beethoven. Il joue longtemps pour son plaisir et en hommage à Richter, dont le vitrail éclaire la voûte. Un moment inoubliable.

À LIRE ÉGALEMENT : « Leif Ove Andsnes : « Mozart reste magique et énigmatique » »
Boris BEREZOVSKY

Boris Berezovsky, pianiste virtuose, a joué de nombreuses fois à La Grange de Meslay. Par sa stature, sa personnalité et son jeu, il apporte une présence russe faite de force, de tendresse et de douceur au détour d’un sourire. Un engagement total pour apprivoiser les passages où la virtuosité s’impose, un toucher reconnaissable entre tous, dont il faut percer patiemment le secret. Boris Berezovsky est le premier auditeur de la musique qu’il fait renaître, comme s’il la découvrait pour lui-même et l’offrait ensuite au public.

Matthias GOERNE

En 2004, le baryton allemand Matthias Goerne bouleverse toute la salle de la Grange en partageant un moment absolu de poésie et de musique. Sa voix vibre pour toujours dans la Grange, son interprétation du Voyage d’hiver de Schubert restera gravée dans les mémoires. Piano et voix ne font qu’un pour ce chemin de consolation, de souvenirs doux et de sanglots pathétiques. Un silence de plusieurs minutes, rare en concert, a rendu palpable l’émotion que chacun avait ressenti. Un souvenir grandiose !

Nelson GOERNER

Le pianiste argentin a fait résonner la Grange de Meslay plusieurs fois, en 2017, 2018 et en 2019 ! Le jeu de Nelson Goerner se traduit en trois mots : musicalité, intériorité, profondeur. Son interprétation lumineuse et sensible est toujours au service de la partition. Un très grand pianiste dont la modestie force l’admiration. Dans les œuvres de Chopin interprétées à la Grange, une émotion intense a capté l’attention du public subjugué.

À LIRE ÉGALEMENT : « À la Grange de Meslay, la musique s’écoute autrement »