©Christophe Urbain – Opéra de Lille

Idoménée à l’Opéra de Lille : tragédie grecque ultra-moderne

OPÉRA – Du 24 septembre au 2 octobre, l’Opéra de Lille voit grand avec l’opéra-ballet Idoménée d’André Campra. Une production grandiose et moderne dirigée par la cheffe d’orchestre Emmanuelle Haïm, mise en scène par Àlex Ollé et son collectif La Fura dels Baus.

Après une année de spectacles reportés, annulés ou adaptés, l’Opéra de Lille ouvre sa nouvelle saison avec Idoménée d’André Campra, dont une version réduite a déjà été donnée à l’occasion de l’Inattendu festival en 2020.

Du 24 septembre au 2 octobre, l’œuvre est donnée cette fois dans son intégralité. L’expérience promet d’être totalement différente : une nouvelle mise en scène, une musique interprétée par Le Concert d’Astrée et un ballet signé Martin Harriague, avec les danseurs de la compagnie Dantzaz.

Emmanuelle Haïm © Caroline Doutre
Une tragédie intense

André Campra (1660-1744), figure majeure du répertoire baroque français et grand compositeur de tragédies lyriques est l’un des précurseurs de l’opéra-ballet. Créé en 1712, son Idoménée porté par le livret d’Antoine Danchet se concentre sur l’un des épisodes de la guerre de Troie.

Idoménée conte l’histoire du roi de Crète, vainqueur de la guerre de Troie, et de son fils Idamante. En plus de se disputer le pouvoir sur cette île grecque, tous deux s’éprennent d’Ilione, princesse troyenne captive. Seulement, Idamante est promis à Électre, qui voit en Ilione une rivale. Les passions se déchainent tout comme les dieux « qui poussent ces hommes et ces femmes dévastés par les sentiments amoureux, la jalousie et les remords, vers le gouffre de la tragédie », souligne Àlex Ollé.

©JB Cagny
Une version contemporaine

Cette histoire de tragédie familiale a su inspirer le metteur en scène et son collectif La Fura dels Baus, qui explorent à travers cette production toute son intensité dramatique. Ils dévoilent une approche contemporaine du mythe antique d’Idoménée « centrée sur le traumatisme d’une guerre dont le dénouement accable autant les vainqueurs que les vaincus. Intégrant un important dispositif vidéo, sa spectaculaire scénographie de verre brisé confronte la destruction physique de Troie à la fragilité intérieure des survivants », explique Caroline Sonrier, directrice de l’Opéra de Lille.

La musique promet, elle aussi, d’être spectaculaire. Parmi tous les membres de sa grande famille, l’Opéra de Lille a choisi la cheffe d’orchestre Emmanuelle Haïm à la direction musicale. Avec Le Concert d’Astrée, par ailleurs en résidence à l’Opéra, cette spécialiste du baroque français souhaite pousser à son maximum la tension dramatique d’Idoménée en amplifiant aussi bien les cataclysmes de la nature causés par les dieux que les états psychologiques des personnages.

Pour donner voix à cette partition pleine de verve, neuf solistes sont au rendez-vous, dont Tassis Christoyannis dans le rôle d’Idoménée et Samuel Boden dans celui d’Idamante.

À travers une production à la fois moderne et surréaliste, Emmanuelle Haïm et Àlex Ollé revisitent le mythe et proposent une lecture universelle en résonance avec notre époque, notamment en faisant écho à des situations de dilemme et de conflit présentes dans les familles d’aujourd’hui. De quoi nous rassurer : les conflits familiaux ont toujours existé !

—-

Représentations à l’Opéra de Lille : vendredi 24 septembre à 20h, dimanche 26 septembre à 16h, mardi 28 septembre à 20h, jeudi 30 septembre à 20h et samedi 2 octobre à 18h.

Infos pratiques : chanté et surtitré en français +/- 2h50 entracte compris. Tarifs de 5 € à 72 €. Plus d’informations sur https://www.opera-lille.fr et billetterie.