A Ambronay, baroque et hip-hop font bon ménage

FESTIVAL – Le deuxième week-end du festival d’Ambronay a été l’occasion d’assister à l’heureux mariage de la musique baroque et du hip-hop. La qualité musicale et chorégraphique était bel et bien au rendez-vous.

Une spectatrice du festival d’Ambronay l’a si bien résumé : « C’est à croire que cette musique a été écrite pour eux ». « Eux », ce sont les danseurs hip-hop mobilisés pour les spectacles donnés le 18 et 19 septembre, deuxième week-end du festival d’Ambronay (01) à l’abbaye de la cité, ainsi qu’à l’espace Albert-Camus de Bron.

Haut-lieu de la musique baroque, le Centre culturel de rencontre d’Ambronay sait aussi faire des pas de côté, et en fait la démonstration pour la 42e édition de son festival. Ouverture d’esprit et insatiable curiosité, sans pour autant négliger l’exigence musicale, voilà très certainement la recette d’un heureux mariage des genres.

© Bertrand Pichene
A VOIR ÉGALEMENT : L’interview perchée de Franck-Emmanuel Comte
Le Concert de l’Hostel Dieu et Mourad Merzouki

Tête de gondole de ce week-end de fête : le Concert de l’Hostel Dieu. Fondé par le chef Franck-Emmanuel Comte en 1992, cet ensemble défend la musique baroque, mais un peu noyé dans la masse des ensembles dédié à cet art – ils sont très nombreux en France ! – a choisi ces dernières années d’emprunter des chemins plus originaux.

En 2018, il a l’idée de monter Folia, aux côtés du chorégraphe Mourad Merzouki, spécialiste des danses urbaines. Aujourd’hui encore, le spectacle connaît un véritable succès et continue de proposer des dates. Leur deuxième création, FugaCités, s’est imposée comme l’événement phrase du week-end.

Située entre une zone d’activités et des barres d’immeubles, l’espace Albert-Camus de Bron est un lieu de brassages et de découvertes, qui a accueilli la Nuit baroque hip-hop le samedi soir, l’occasion de réunir un public aussi hétérogène que les spectacles proposés. Le Concert de l’Hostel Dieu était au meilleur de sa forme, et a montré sa souplesse et son humour : il fallait voir le pas de deux entre le claveciniste Franck-Emmanuel Comte et le danseur Jérôme Oussou.

Ce dernier est LA révélation de cette rencontre. Recruté à Lyon par Mourad Merzouki, il a réalisé un travail exceptionnel d’immersion dans la musique baroque. Travailleur acharné, il a co-construit avec Merzouki une chorégraphie subtile et touchante, qui donnerait presque le sentiment que la musique baroque a été écrite pour lui ! Le spectacle a été capté par France TV :

Trio en deux danseurs et la gambiste Lucile Boulanger

Lors de cette Nuit baroque, nous avons assisté à la naissance d’un trio de toute beauté. Un couple de danseurs – le smurfeur Aymen Fikri et la danseuse classique Mathilde Devoghel – et la joueuse de viole de gambe, Lucile Boulanger. On vous a déjà parlé de Lucile Boulanger. On découvre ici combien elle sait aller au-delà de son instrument et habiter ce trio.

Elle n’accompagne pas seulement le duo de danseur, elle est engagée à 100% avec eux et ses gestes d’instrumentiste deviennent de la danse. Le duo, lui, n’illustre pas la musique, écueil dans lequel tombe parfois ce genre de projets « cross-over » : il raconte une histoire, une rencontre et une relation à trois avec la musicienne. Subjuguant ! Notre petit-doigt nous a dit que ce spectacle a déjà séduit quelques programmateurs. Chic !

À LIRE ÉGALEMENT : « Lucile Boulanger relève le défi Forqueray »
© Bertrand Pichene