La Trilogie de Machuel aux Bernardins image_accueil_178 Full view

La Trilogie de Machuel aux Bernardins

indexCONCERT – Samedi 19 mars au Collège des Bernardins à Paris sera créé la « Trilogie de l’enfermement » du compositeur Thierry Machuel : trois oratorios menant une réflexion sur le crime, les criminels et leurs victimes.

La programmation musicale du Collège des Bernardins ne perd pas de vue le but de ce lieu de conférences, de débats et d’enseignement : une réflexion spirituelle sur l’homme contemporain.

L’institution parisienne a accueilli depuis deux ans en résidence le compositeur Thierry Machuel afin qu’il poursuivre sa réflexion sur la prison et la détention. L’idée date de 2007 : dans le cadre du festival « Ombres et lumière » à Clairvaux, Thierry Machuel imagine une trilogie d’oratorios permettant « d’entendre tous les acteurs concernés par le crime, depuis la victime jusqu’aux personne les plus éloignées, famille, amis ou simple passants », selon le compositeur.

Né en 1962, Thierry Machuel a d’abord travaillé sur des textes recueillis à la prison centrale de Clairvaux : le premier volet de la Trilogie, « Les Parloirs » en 2011, évoque la parole des détenus. « Les lessiveuses », en 2013, met en musique la parole de leurs mères. La « Trilogie de la détention » sera achevée le 19 mars au Collège des Bernardins par la création des « Victimes » le troisième volet et peut-être le plus fort des trois.

Dans « Les Victimes », Thierry Machuel, un passionné de cette poésie contemporaine nourrie de témoignages, cherche à transmettre par le chant choral sa réflexion sur les victimes, depuis le crime solitaire jusqu’au crime de masse. Cette plongée dans les profondeurs de l’humanité sera interprtée par les Ensembles 2E2M et Territoires du souffle dirigés par Pierre Roullier.

« Cette thématique de la prison est totalement en résonance avec la mission des Bernardins, explique Véronique de Boisséson, en charge de la programmation musique classique au Collège des Bernardins. Au moment du baptême, on dit le mot « Ephpheta », ce mot que Jésus prononce, en araméen, pour guérir le sourd et muet : « ouvre-toi » ! La musique nous sort de notre enfermement. »

Samedi 19 mars, 17h30, 19h30 et à 21h30. 20 et 30€ le cycle complet. 15 € la partie.

Article paru sur le site de Mécénat Musical Société Générale

Leave a comment