• Home  /
  • A la Une   /
  • « Le baroque c’est le kamasutra de la musique »
« Le baroque c’est le kamasutra de la musique » Herve-Niquet-C2-A9-Eric-Manas Full view

« Le baroque c’est le kamasutra de la musique »

INTERVIEW – Hervé Niquet n’a jamais joué à Bordeaux. Une erreur que répare la Librairie Mollat qui invite le chef baroque jeudi 3 novembre à l’auditorium. Au programme ? Le « Gloria » de Vivaldi.

On lui doit la redécouverte de compositeurs baroques méconnus comme Marc-Antoine Charpentier ou Joseph de Boismortier et une interprétation mythique des « Fireworks » de Handel. Hervé Niquet est un surdoué de la musique, un boulimique de travail, un grand timide qui se cache derrière une grande gueule. Pourtant ce génial chef baroque n’avait jamais été invité à jouer à Bordeaux. Jeudi soir, l’erreur sera réparée ! Hervé Niquet est programmé avec son ensemble Le Concert Spirituel, un concert à l’initiative de la Librairie Mollat qui fête ses 120 ans. Rencontre.

Vous donnez à Bordeaux le « Gloria » de Vivaldi dans une version féminine. Vous n’avez pas trouvé de bons chanteurs ?
H. N. : (Rires) Ca pourrait être ca car les filles sont plus bosseuses que les mecs ! Mais c’est d’abord pour des raisons musicales. Vivaldi a composé son « Gloria » pour l’Ospedale de la Pietà, une institution religieuse de Venise réservée aux orphelines. Les concerts de ces femmes avaient une grande réputation et rapportaient beaucoup d’argent. Paraît-il qu’un voyageur anglais a failli s’évanouir d’extase ! J.J. Rousseau évoque lui aussi l’émotion ressentie à l’écoute de ces musiciennes qui se tenaient cachées derrière une grille. Notre philosophe a demandé à les voir et « du ciel » il est « descendu en enfer » a-t-il écrit : ces femmes rejetées par la société n’étaient pas en bonne santé, avaient la petite vérole, des pieds bots, etc. Tant pis pour le fantasme !

Pourquoi la plupart du temps ce Gloria est chanté par un choeur mixte ?
A l’époque baroque, pas de CD ni de radio : si vous voulez entendre la dernière composition de Vivaldi, il faut acheter la partition et la jouer. Vous n’achetez pas la partition complète mais des parties séparées en fonction des musiciens que vous avez sous la main : un bon ténor mais pas de basse, un orgue ou pas, etc. Et si vous êtes un couvent de femmes vous adaptez ces parties à un ensemble de voix féminines. S’il faut, on chante une octave en dessous ou en dessus. Et ca marche dans toute les positions ! Le baroque : c’est le Kama Sutra de la musique.

Pourquoi le Gloria est devenu un « tube »?
C’est une carte postale sonore de Venise. Des grandes lignes sonores décrivent une immobilité factice comme les eaux de Venise. A l’extérieur c’est brillant, franchement bling bling mais sous les dorures, ca pue la vase (rires). C’est une musique extrêmement difficile, très virtuose, il y a une syllabe par croche, un enfer ! Mais il faut donner l’impression que c’est fastoche. Ca demande une sacrée énergie, et 1h30 de raccord à chaque concert. Certains membres du Concert Spirituel sont la depuis 20 ans : leur savoir-faire est un trésor.

Jeudi 3 novembre, 20h, auditorium. Complet. Liste d’attente au 05-56-00-85-95.

Article paru dans Sud Ouest du 2 novembre 2016.

Leave a comment