• Home  /
  • A la Une   /
  • Jordi Savall tend la main aux jeunes réfugiés
Jordi Savall tend la main aux jeunes réfugiés Jordi S.01-106 (c) Claire Xavier Full view

Jordi Savall tend la main aux jeunes réfugiés

RENCONTRE – Le musicien catalan lance un projet pour aider les jeunes musiciens professionnels réfugiés en France et en Europe.

On se souvient de Jordi Savall, en avril 2016, jouant dans la jungle de Calais avec Ismael, un réfugié afghan. Le premier avec sa viole de gambe, cet instrument baroque qu’avait mis à l’honneur le film « Tous les matins du monde ». L’autre avec sa dambura, instrument traditionnel afghan. Cette rencontre a profondément marqué Jordi Savall, musicien mondialement reconnu, et l’a poussé à imaginer un nouveau projet : Orpheus XXI. « Après ma visite à Calais, se souvient l’Espagnol, puis une autre en Grèce où la situation des réfugiés est pire encore, je me suis dit qu’il fallait agir, pas seulement être solidaire. »

« Orpheus XXI » veut favoriser l’intégration de jeunes musiciens professionnels réfugiés, âgés de 9 à 25 ans, en les mêlant à des professionnels européens dans des petits orchestres. « La musique n’a pas besoin de traducteur », s’enthousiasme Jordi Savall. Il a réuni une équipe de 7 personnes en France, Espagne et Suède et recruté une douzaine de professeurs. Il travailleront dans le Doubs, à la splendide Saline Royale d’Arc-et-Senans (25), où Jordi Savall et son orchestre sont en résidence. Ils partiront ensuite dans différentes villes de la France pour former la centaine de jeunes que le projet espère toucher.

Infatigable, Jordi Savall est plus que jamais convaincu que la culture peut aider à rassembler les peuples. En 2001 déjà, bouleversé par la guerre en Afghanistan, il avait monté un projet musical avec des musiciens exilés jouant des instruments traditionnels de leurs pays : la tournée et le disque « Orient – Occident » ont remporté un franc succès, portés par le charisme de Jordi Savall. Depuis, il a aidé des musiciens à sortir de Syrie, d’autres à obtenir une nationalité européenne. C’est parmi eux qu’il a recruté les professeurs du projet « Orpheus XXI ».

Retrouver la dignité
« La musique a un pouvoir formidable, estime celui que l’Unesco a nommé « artiste pour la paix ». C’est un outil qui révèle ce qu’on a de commun et ce qui nous différencie. Elle permet de partager l’émotion et la beauté, indépendamment de ce que nous sommes. Utilisons-là ! » Les jeunes musiciens d’Orpheus XXI » partiront en tournée en 2018 dans les festivals et aussi dans les écoles d’Europe. « Ces jeunes réfugiés qui vivent une intégration difficile pourront ainsi s’exprimer dans leur culture et leur tradition, poursuit Jordi Savall. Ce projet pourra donner un sens à leur vie, et permettre une évolution dans leur sentiment de dignité.  »

Avec sa foi et son énergie communicative Jordi Savall a mobilisé un large réseau pour trouver ces musiciens : centres d’accueil pour réfugiés, ONG et ICORN, le réseau des villes qui accueillent des artistes victimes de censure ou de persécutions. L’Union européenne a mobilisé 80% des 250 000 euros nécessaires à Orpheus XXI. Un goutte d’eau qui pourra faire école et déboucher sur un océan. « J’ai toujours pensé que si la culture ne sert pas à avoir une meilleure perception de la réalité, à nous faire prendre conscience de ce qui se passe vraiment, elle ne sert à rien »

Dans les bacs : « Les Routes de l’Esclavage », Jordi Savall, coffret 2 cd et 1 DVD, (Alia Vox). Article paru dans Le Parisien du 28 février.

Leave a comment