© Christophe Abramowitz, Radio France

Culturebox à la rescousse du spectacle vivant

BONNE NOUVELLE – Ce lundi, à 20h30, la chaîne Culturebox sera disponible sur le canal 19 de la TNT. Son ambition : faire vivre la culture 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, malgré la crise sanitaire.

Une structure éphémère

Au détour d’un coin de rue surgissent parfois des enseignes éphémères, qui occupent un local commercial le temps d’un changement de bail. La chaîne culturelle numérique de France Télévisions, Culturebox, vient de réussir un coup du même ordre, en investissant pour trois mois la chaîne 19 de la TNT, rendue disponible depuis la fermeture de France Ô l’été dernier. Suite à un processus express, le CSA a donné une réponse favorable à la demande du groupe public, ouvrant ainsi un canal d’expression aux acteurs du spectacle vivant.

Au programme

Concerts, pièces de théâtres, spectacles en tout genre… à quoi faut-il s’attendre ? « On aura du spectacle vivant tous les soirs, avec des soirées thématiques : du théâtre, de la musique classique, de la danse, de la pop ou encore du hip-hop », détaille Michel Field, directeur du pôle culture de France Télévisions.

Tous les soirs de 19 à 21 heures, Daphné Bürki et Raphäl Yem présenteront Culturebox l’émission, qui fera la part belle à la jeune scène : artistes lyriques, musiciens classiques, danseurs et chanteurs de rap.  Les après-midis seront consacrées à des rediffusions de magazines culturels de France Télévisions, de la Grande Librairie au Grand Échiquier en passant par Symphonissime ou encore Prodiges.

Une grille des programmes inversée

« Une journée de Culturebox, c’est une grille de télé inversée », explique Michel Field. « On va mettre en prime-time ce qu’on met d’habitude tard le soir, et ce qui fait d’habitude le plus d’audience va être mis dans la journée ! La raison d’être de cette chaîne n’est pas de rediffuser nos émissions mais d’offrir du spectacle vivant tous les soirs à ses passionnés. Ils ne sont peut-être pas très nombreux à l’aune de l’audience massive de la télé mais ils se comptent quand même en dizaines ou en centaines de milliers pour chaque genre. »

L’ambition est réelle et innovante : des captations dédiées et des concerts exclusifs, comme le concert de Mika, enregistré en décembre à l’opéra royal de Versailles et diffusé ce mercredi. Ou encore des avant-premières de spectacles, des performances enregistrées pendant le confinement.. Une pièce qui avait été annulée au théâtre du Rond-Point pourra finalement être filmée et se donnera en prime-time ce samedi le magnifique Ballet de la nuit, de Sébastien Daucé et de son ensemble Correspondances.

Ce lundi soir à 20h35, Daphné Bürki et Raphäl Yem présenteront en direct du théâtre Mogador à Paris la soirée d’ouverture de Culturebox. Elle réunira la nouvelle scène française, avec Pomme, Yseult, Hervé, Suzane, Terrenoire… et sera suivie de Basique, le concert, consacré aux révélations des Victoires de la Musique 2021 et capté au Casino de Paris, avec Hatik, Hervé, Noé Preszow, Clou, Lous and the Yakuza et Yseult. 

À LIRE ÉGALEMENT : « Le Ballet royal de la nuit est de retour ! »
Les trois programmes sélectionnés par la rédaction, à voir sur Culturebox :
  • Mardi 2 février à 21h05
    Carmina Burana aux Chorégies d’Orange : l’Orchestre national Bordeaux-Aquitaine est dirigé par Fayçal Karoui, avec Julia Bauer, soprano, Max-Emanuel Cenčić, contre-ténor, Armando Noguera, baryton. 
    Nuit magique, la grande soirée aux Chorégies d’Orange : malgré l’annulation des spectacles, les plus grandes stars se sont retrouvées à Orange en juillet 2020 pour célébrer l’opéra dans une soirée lyrique exceptionnelle. Avec Roberto Alagna, Cecilia Bartoli, Javier Camarena, Karine Deshayes, Aleksandra Kurzak et Artur Ruciński…  
À LIRE ÉGALEMENT : « Montserrat Caballé, l’imperturbable déesse des Chorégies d’Orange »
  • Samedi 6 février à  21h05
    Le Ballet royal de la Nuit au théâtre de Caen : Sébastien Daucé et l’ensemble Correspondances revisitent le ballet de la cour de Louis XIV.
À LIRE ÉGALEMENT : « La playlist de Sébastien Daucé, chef d’orchestre »