Sur YouTube, l’Opéra et ses zouz brise le tabou des règles

YOUTUBE – Dans une vidéo nécessaire, Mia Mandineau, de la chaîne l’Opéra et ses zouz, s’attaque au tabou qui perdure sur les règles, qui ont pourtant de nombreuses conséquences, notamment sur les voix des chanteuses d’opéra.

À différentes échelles dans nos sociétés, les règles demeurent encore taboues. En France, on semble enfin voir le bout du tunnel : endométriose, syndrome prémenstruel, précarité menstruelle… Après des années à cacher les menstruations féminines, les témoignages affluent pour rendre normaux les cycles menstruels, et leurs conséquences physiques et mentales.

Crampes à l’estomac, irritabilité, troubles digestifs, maux de dos, migraines, sont parmi les symptômes les plus généralement connus. Mais, d’autres symptômes durant ce qui est un véritable « recyclage » du corps, sont moins établis, comme l’impact des règles sur le larynx et la voix. 

On regarde quoi cette semaine ? Chaque vendredi, retrouvez les programmes consacrés à la musique classique et sélectionnés par la rédaction.

Connue entre autres pour ses résumés d’opéra aussi hilarants qu’intelligents, Mia Mandineau, de la chaîne YouTube l’Opéra et ses zouz, aborde dans sa dernière vidéo cette méconnaissance dans le milieu de l’art lyrique : « Depuis environ un an que ma technique vocale est beaucoup plus consistante et installée, j’ai commencé à chercher un moyen de gérer ma voix pendant mes règles », développe t-elle. Une réflexion qui intervient dès 2018, après la chronique de la journaliste Aliette de Laleu sur France Musique à ce sujet.

Outil pédagogique

L’étudiante au conservatoire d’Amsterdam a décidé d’interroger ses consœurs chanteuses d’opéra mais aussi des médecins et experts de la voix pour faire tomber un peu plus ce tabou, qui demeure même dans les formations de chant : « Notre corps et notre voix sont nos principaux outils de travail. Et quand on parle en cours des facteurs qui interviennent sur notre performance artistique et vocale, on parle de tout mais pas de ça : on parle de la digestion, de nourriture, de la qualité du sommeil, de l’activité sexuelle… sauf des règles », pointe t-elle. Et de s’interroger sur le rythme journalier imposé aux femmes, physiologiquement calqué sur celui des hommes.

Une vidéo nécessaire et éclairante, entre le reportage et l’outil pédagogique, qui rappelle une nouvelle fois que le corps des femmes est encore trop méconnu.